L’imagerie cérébrale : moyen de détecter la dyslexie ?

Selon des chercheurs de l’École de médecine de Stanford en Californie, l’imagerie cérébrale sur des adolescents dyslexiques permettrait de déterminer leurs chances de rémission. Aujourd’hui en France, 5 enfants sur 100 sont concernés par la dyslexie.

Trouble de l’apprentissage du langage écrit, de la lecture et de l’écriture, la dyslexie, généralement diagnostiquée en 1ère année de primaire, nécessite l’intervention d’un orthophoniste.

L’IRM cérébrale pour détecter la correction potentielle de la dyslexie

Des adolescents dyslexiques de 14 ans ont été choisis pour l’étude américaine. En les soumettant à une IRM afin d’analyser la manière dont leurs cerveaux réagissaient pendant un exercice de lecture, et en renouvelant cette expérience 2 ans ½ plus tard, il est apparu aux chercheurs américains que la correction de la dyslexie était à trouver chez les adolescents qui utilisaient le plus leur gyrus frontal inférieur, une région du cerveau droit.

En effet, l’étude a prouvé que des signes de progrès dans la lecture avaient été observés chez « les adolescents qui sollicitent le plus le gyrus frontal inférieur et qui présentent aussi les meilleures connexions entre cette région et celles de l’audition.»

Concrètement, les chercheurs évoquent une amélioration de la lecture « chez plus de 70% des adolescents dyslexiques, et même chez 90% d’entre eux si l’ensemble des données cérébrales sont prises en compte » si ces deux critères sont réunis.

Vos enfants sont-ils bien couverts en assurance santé? Êtes-vous vous-même bien couvert par votre mutuellesanté ? Pour en avoir la certitude, comparez les mutuelles sur LeLynx.fr, comparateur mutuelle.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres