Hospitalisation à domicile : une solution pour désengorger les hôpitaux ?

L’hospitalisation à domicile est dispensée du tiers payant, point principal à l’origine de débats houleux chez les médecins alors que la ministre des Affaires sociales présentait jeudi dernier son projet de loi visant à réformer le secteur de la santé. Serait-ce une mesure efficace pour traiter les patients aussi bien que s’ils étaient à l’hôpital et pour moins cher?

Votre comparateur de mutuelle santé LeLynx.fr fait le point sur cette forme d’hospitalisation qui sera désormais encouragée.

40% des patients sont des personnes âgées

L’hospitalisation à domicile (HAD) permet aux patients de quitter l’établissement de santé avant la fin du traitement et de le continuer chez eux ou tout simplement d’éviter un séjour à l’hôpital. Pour en bénéficier, il faut que le patient réside dans une région où le dispositif est déjà en place.

Le personnel soignant se déplace au domicile du patient pour y effectuer 3 catégories de soins: des soins de réadaptation au domicile, des soins palliatifs et des soins ponctuels. Sans grande surprise, la plupart des patients préfèrent cette solution à un séjour dans un établissement hospitalier.

Ainsi, cette forme de dispensation des soins est beaucoup plus appréciée par les personnes âgées car elle leur évite notamment des déplacements potentiellement pénibles, tout en leur permettant d’éviter les longues attentes. 4 patientes sur 10 plébiscitent les soins à la maison.

Ce succès de l’HAD n’a rien d’étonnant quand on sait qu’en plus du confort que ce dispositif induit, confort lié au fait de recevoir des soins chez soi, il coute environ 2,4 fois moins cher qu’une journée à l’hôpital. La rédaction du Figaro.fr nous indique à ce titre que pour une journée d’hospitalisation au service «médecine, chirurgie, obstétrique (MCO)» d’un établissement, il faut compter 750 € en moyenne, «contre 295 € pour une prise en charge à domicile.»

Moins onéreuse, l’HAD coûte moins cher à la sécu

Dans un souci d’économie, l’HAD est plutôt une bonne affaire pour l’Assurance maladie car elle ne lui coûte que 770 millions d’euros. Ce qui représente 1% des dépenses hospitalières; un pourcentage qui suffit à convaincre le ministère de la santé de favoriser ce mode de traitement plutôt que les séjours hospitaliers. Selon Élisabeth Hubert, présidente de la Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD), les soins à domicile sont facturés deux à trois fois et demie moins cher qu’à l’hôpital.

Ce dispositif ne compte que quelque 300 prestataires et n’est pas assez populaire auprès des médecins hospitaliers ni chez les libéraux. Malgré cela, le ministère de la santé souhaite doubler le nombre de recours à l’HAD dans les 4 ans à venir. Reste à savoir comment cet objectif sera atteint vu que l’HAD n’est pas étendue sur tout le territoire.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres