Peut-on forcer 200 médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?

À peine dévoilé, le projet de budget 2013 pour la sécurité sociale renfermerait déjà une proposition qui pourrait, si elle est menée à bien, faciliter déjà quelque peu l’accès aux soins dans ce pays.

La proposition émane évidemment du gouvernement et consiste à encourager 200 médecins à exercer dans des déserts médicaux afin de réduire les inégales répartitions des professionnels de la santé entre les villes et les campagnes d’une part, mais aussi au sein des villes elles-mêmes et/ou des campagnes.

200 contrats proposés à des jeunes médecins pour la relève

La ministre de la Santé Marisol Touraine a déclaré «Nous allons créer 200 contrats proposés à des nouveaux jeunes médecins qui souhaiteraient s’installer pour prendre le relais de médecins qui vont partir à la retraite».

En contrepartie pour les médecins et, dans le but de les inciter à choisir ces nouveaux contrats, la ministre a fait savoir qu’ils «bénéficieront pendant deux ans de la part de l’assurance maladie d’une garantie de revenus».

Cette proposition qui emprunte beaucoup à la suggestion faite par l’Ordre des médecins en mai dernier, consistant à obliger un médecin désireux de s’installer en libéral à exercer pendant cinq ans dans la région de délivrance de son diplôme à l’issue du post-internat, a le mérite d’être plus flexible et donc d’avoir plus de chance d’aboutir concrètement.

Alors que l’Ordre des médecins estimait qu’il était du devoir du médecin de prendre son rôle au sérieux, Marisol Touraine préféreraient «l’incitation à la contrainte». Ce qui n’est pas forcément rassurant quand on se penche sur la question des dépassements d’honoraires et que l’on reconsidère les déclarations de la dame sur la nécessité de «maîtriser, encadrer et plafonner les dépassements d’honoraires».

Un peu stupidement peut-être, on se dit que si la mesure ou si les négociations ne sont pas accompagnées de contraintes sérieuses, elles n’aboutiront jamais mais on se trompe sans doute.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

    Je pense avoir la solution au probleme posé tout simplement par une
    reglementation des postes a pourvoir et des postes a creer
    Concretement, comme pour les pharmacies, il suffit de décider du nombre maximum, d’implantation de medecins dans une commune proportionnellement a son nombre d’habitants ce qui evite les doublons
    Par ailleurs, il faut creer des poste libres dans les regions qui en sont pauvres avec des logements et cabinets mis a disposition par les mairies
    Enfin, on proposerai aux sortants d’écoles les différents postes a pourvoir en france au choix dans leur rang de classement de sortie
    Est-ce si difficile à mettre en oeuvre?

    Répondre

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres