En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus et vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Peut-on forcer 200 médecins à s’installer dans les déserts médicaux ?


À peine dévoilé, le projet de budget 2013 pour la sécurité sociale renfermerait déjà une proposition qui pourrait, si elle est menée à bien, faciliter déjà quelque peu l’accès aux soins dans ce pays.

La proposition émane évidemment du gouvernement et consiste à encourager 200 médecins à exercer dans des déserts médicaux afin de réduire les inégales répartitions des professionnels de la santé entre les villes et les campagnes d’une part, mais aussi au sein des villes elles-mêmes et/ou des campagnes.

200 contrats proposés à des jeunes médecins pour la relève

La ministre de la Santé Marisol Touraine a déclaré «Nous allons créer 200 contrats proposés à des nouveaux jeunes médecins qui souhaiteraient s’installer pour prendre le relais de médecins qui vont partir à la retraite».

En contrepartie pour les médecins et, dans le but de les inciter à choisir ces nouveaux contrats, la ministre a fait savoir qu’ils «bénéficieront pendant deux ans de la part de l’assurance maladie d’une garantie de revenus».

Cette proposition qui emprunte beaucoup à la suggestion faite par l’Ordre des médecins en mai dernier, consistant à obliger un médecin désireux de s’installer en libéral à exercer pendant cinq ans dans la région de délivrance de son diplôme à l’issue du post-internat, a le mérite d’être plus flexible et donc d’avoir plus de chance d’aboutir concrètement.

Alors que l’Ordre des médecins estimait qu’il était du devoir du médecin de prendre son rôle au sérieux, Marisol Touraine préféreraient «l’incitation à la contrainte». Ce qui n’est pas forcément rassurant quand on se penche sur la question des dépassements d’honoraires et que l’on reconsidère les déclarations de la dame sur la nécessité de «maîtriser, encadrer et plafonner les dépassements d’honoraires».

Un peu stupidement peut-être, on se dit que si la mesure ou si les négociations ne sont pas accompagnées de contraintes sérieuses, elles n’aboutiront jamais mais on se trompe sans doute.