Faux médicaments : attention aux arnaques !

Danger des faux médicaments

Le charlatanisme dans le domaine de la santé ne date pas d’hier, mais l’explosion des ventes sur Internet en a fait un marché très lucratif. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 15% des médicaments vendus dans le monde seraient des faux. Alors, comment ne pas tomber dans les travers de ce dangereux business ?

Les produits illégaux les plus vendus à échelle mondiale ne sont désormais plus les cigarettes, mais les médicaments ! Et les pays aux systèmes de santé peu développés ne sont pas les seuls touchés par ce commerce juteux : un colis postal sur quatre intercepté en Europe contiendrait des faux médicaments, selon les chiffres de l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM).

Les faux médicaments les plus courants

Souvent exclus des remboursements de l’Assurance maladie ou peu pris en charge par les mutuelles santé, les produits dits « de confort » sont les médicaments contrefaits les plus vendus en France.

1. Le Viagra

Viagra

Les pilules contre le trouble de l’érection (Viagra®, Cialis®, Levitra®…) arrivent en tête des faux médicaments les plus vendus. Souvent décrits comme « génériques », ces produits illégaux peuvent provoquer de graves problèmes cardiaques et contiennent très souvent des substances dangereuses.

2. La DHEA

Médicament hormones

Les substances hormonales contrefaites, type DHEA, mélatonine ou prégnénolone, pourraient stimuler la croissance de cancers hormodépendants (prostate, sein, utérus). Autorisés dans certains pays, ces médicaments déjouent la législation française grâce à des pharmacies en ligne ouverte sur l’international.

3. La pillule Alli

Alli

Retiré du marché en 2013, le médicament anti-obésité Alli® est aujourd’hui remplacé par un dangereux substitut dont la molécule active augmenterait les risques d’accidents cardiovasculaires. D’autres médicaments amincissants contrefaits ont été repérés ces dernières années sur le web, comme le Reductil® et le Xenical®.

4. Le Tamiflu

Tamiflu

L’épidémie du virus H1N1 en 2009 a généré une explosion de la vente de faux Tamiflu®, puissant remède contre la grippe. Encore aujourd’hui, les sites commercialisant ce produit fleurissent sur Internet, bien que tout risque de pénurie soit écarté.

Des indices pour déjouer les arnaques

Dans le meilleur des cas, l’utilisation de faux médicaments n’apporte aucun effet positif au patient. En revanche, 20% de ces produits contiennent des composants toxiques pour la santé, provoquant non seulement des effets secondaires importants, mais aussi la mise en péril du traitement en cours. Si la vente de médicaments sur Internet est autorisée aux pharmaciens depuis 2013, quelques précautions sont à prendre afin d’éviter l’empoisonnement :

  • Fuir les prix cassés ou trop éloignés de la réalité du marché ;
  • Ne pas accepter un traitement soumis à prescription sans qu’une ordonnance soit demandée ;
  • Préférer les pharmacies en ligne rattachées à des boutiques avec adresse et numéro de téléphone ;
  • Comparer les emballages des médicaments pour déceler les incohérences (dates non conformes, code couleur différent…) ;
  • Se déplacer en pharmacie ou chez son médecin pour demander l’avis d’un professionnel.
14% des Français reconnaissent utiliser Internet pour acheter des médicaments sans ordonnance.
Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres