Étampes ou l’exemple de la désertification médicale

Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine a exposé le 13 décembre dernier son plan sur 5 ans pour enrayer les déserts médicaux, la ville d’Étampes se pose aujourd’hui comme l’illustration exacte de la pénurie de médecins dans certaines zones en France.

En effet, la rédaction du Parisien.fr nous apprend que le député-maire UMP d’Étampes, Franck Marlin aurait adressé un courrier au ministère de la Santé dans lequel il indique que «Dix praticiens ont récemment cessé leur activité ou le feront très prochainement. Et ce sans que leur cabinet ne soit repris. Notre secteur est déjà reconnu comme zone défavorisée et ces départs ne vont qu’accroître le phénomène.»

L’instauration d’un cabinet médical municipal à Étampes

Afin de pallier le phénomène de désertification médicale, lequel dans le cas précis d’Étampes consiste à ne pas prévoir de remplacement pour les médecins qui cessent leur activité, Franck Marlin évoque l’hypothèse de «démarcher directement des étudiants en faculté de médecine» afin de «mettre en place un cabinet médical municipal».

En effet, le maire rappelle qu’un tel cabinet avec des infirmières a déjà été créé il y a quelques mois et que les résultats probants qu’il affiche confirment le souci qui touche non seulement la ville d’Étampes mais aussi toute la région du Sud-Essonne dans laquelle «les médecins sont surchargés».

Voici donc un cas concret de désertification médicale pour lequel le gouvernement est vivement appelé à agir.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres