Démarrer un nouveau sport à la rentrée : quelle assurance choisir ?

Reprise du sport et assurance

Avec la rentrée, vont souvent de pair les récurrentes résolutions : mieux dormir, mieux manger, et surtout, mieux bouger. Mais débuter une activité sportive n’est pas sans risque et l’initiative pourrait vite être écourtée si le sportif n’est pas couvert par certaines garanties. Focus sur les assurances à souscrire, en plus d’une bonne mutuelle santé, avant d’enfiler ses crampons ou son tutu.

Chaque année, 1 Français sur 10 est victime d’un accident pendant la pratique d’une activité physique ou sportive. Qu’il s’agit de blessures bénignes ou de traumatismes plus graves, les soins prodigués sont inévitablement accompagnés de répercutions financières. A qui revient alors leur prise en charge ? Selon les conditions de l’accident, la responsabilité peut être imputée à un tiers : c’est à lui que revient l’indemnisation de la victime, comme lors d’un entraînement de boxe par exemple. Or, la plupart du temps, la personne blessée est elle-même à l’origine du préjudice qu’elle subit. Une entorse lorsqu’on pratique la course à pied ou un poignet cassé en gymnastique sont des accidents plus que courants.

Protéger les autres, mais aussi soi-même

Assurance et sportAfin de prévenir tous les cas de figure, deux types d’assurance sont conseillés aux sportifs :

  • La garantie responsabilité civile prend en charge les dommages causés par l’assuré à une personne tiers. Elle est automatiquement incluse dans tous les contrats d’assurance multirisque habitation ;
  • La garantie individuelle accidents corporels protège l’assuré des préjudices qu’il pourrait endurer, sans qu’aucun responsable ne soit identifié. Elle est proposée par les compagnies d’assurance accidents, mais aussi comprise dans les assurances scolaires pour couvrir les activités périscolaires des enfants.

Selon le type de sport et le cadre dans lequel il est pratiqué, l’assuré peut souscrire de sa propre initiative ces contrats. Mais attention aux doublons et aux dépenses inutiles : lorsque l’activité se déroule au sein d’un club ou d’une fédération sportive, il est ordinaire que l’organisation couvre déjà les entraînements de ses affiliés.

En cas d’accident survenu lors de la pratique d’un sport collectif potentiellement violent (football, rugby, basket…), la responsabilité peut être atténuée. Les tribunaux considèrent que les sportifs sont conscients des risques encourus.

> Lire aussi : L’assurance scolaire : conseillée, mais pas obligatoire

Pratiquer un sport de manière individuelle

sport natationJogging, vélo, roller, natation… de multiples sports peuvent être pratiqués sans forcément adhérer à un club. Si ce choix s’avère peu coûteux (voire gratuit !), le sportif ne peut toutefois compter que sur les contrats d’assurance auxquels il est rattaché en cas d’accident provoqué ou subi.

Il revient donc de bien vérifier l’étendue des garanties souscrites avant de se lancer dans la pratique d’un sport avec un niveau de risques conséquent. C’est notamment le cas pour les sports extrêmes (VTT de descente, parapente, moto-cross, plongée sous marine…), peu pris en charge par les assurances santé classiques. La souscription à une garantie corporelle renforcée est alors recommandée.

Club, association et fédération sportive : des protections adaptées

sportif-blesseOn compte plus de 165 000 clubs de sport associés à des fédérations sportives en France. Autant d’établissements où chacun peut pratiquer une activité sportive encadrée par des professionnels, tout en profitant de protections adaptées. En effet, les clubs ont pour obligation de couvrir la responsabilité de leurs affiliés et de les informer, au moment de leur inscription, de l’intérêt de souscrire une garantie individuelle accidents corporels.

La portée des garanties va encore plus loin pour les fédérations sportives organisant des compétitions. Celles-ci doivent automatiquement proposer à leurs membres d’adhérer au contrat collectif d’assurances de personnes qu’elles ont choisi. Les affiliés restent néanmoins libres de choisir ou non d’y souscrire.

 

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres