Ces dangers qui guettent les adolescents

Les risques qui guettent les adolescents

Téléphone portable, tablette, ordinateur, télévision, lecteur MP3 et chaîne Hifi sont autant de technologies qui affectent la santé visuelle et auditive des adolescents. Conscients du danger des écrans et de l’écoute de sons amplifiés, ces jeunes restent pourtant passifs, selon une enquête effectuée auprès de 300 participants âgés de 13 à 18 ans par OpinionWay pour l’Observatoire du groupe Optic 2000.

Un monde d’images et de sons

Les jeunes sondés passent en moyenne presque 4 h 30 par jour en semaine et 6 h par jour le weekend devant des écrans, et écoutent 9 h de musique par semaine avec un casque ou des écouteurs. Des chiffres qui proviennent de foyers français très bien équipés en matériels technologiques : en moyenne, six appareils se trouvent dans chaque maison. C’est pendant les trajets maison-école ou durant les devoirs que plus de la moitié des 13-18 ans écoutent de la musique.

Des chiffres significatifs qui ne sont pas sans effet sur la santé des adolescents : picotements dans les yeux et bourdonnements dans les oreilles. En effet, près de 44 % ont déjà ressenti une fatigue visuelle ou une sensation d’œil sec alors qu’un adolescent sur quatre a déjà perçu des sifflements de type acouphènes après l’écoute de musique trop forte. Un comportement à risques qui peut sur le long terme provoquer des lésions graves irréversibles du système auditif.

Les lunettes jugées dérisoires

Adolescents et risques des écransToujours selon l’étude d’OpinionWay, 86 % des adolescents assurent avoir besoin d’une correction optique pour bien voir devant un écran, mais 37 % d’entre eux ne les portent pas, soit parce qu’ils ne les trouvent pas indispensables, soit parce qu’ils se préfèrent sans lunettes.

En plus des effets visuels et auditifs qu’engendre l’usage excessif de ces appareils, l’utilisation des nouvelles technologies influe sur la concentration ainsi que sur le sommeil des jeunes. Ainsi, les adolescents n’arrivent plus à se concentrer sur leurs devoirs ou sur une tâche à effectuer en raison de toute une panoplie de distractions : messages, appels, notifications reçus ou encore applications installées sur leur smartphone.

En attendant Morphée

Quelque 40 % des adolescents interrogés s’endorment devant un écran. Une habitude qui n’est pas sans conséquence sur leur sommeil. L’exposition à la lumière des écrans rétroéclairés provoque une stimulation du cerveau et augmente ainsi les troubles du sommeil. En effet, la mélatonine (ou hormone du sommeil) est sécrétée par le cerveau à l’arrivée de la nuit et favorise un bon sommeil. Toutefois, la lumière artificielle des écrans perturbe la sécrétion de cette hormone et par conséquent le rythme circadien (ou horloge biologique) qui assure le bon fonctionnement du cycle veille-sommeil. La vigilance, la performance et l’humeur pâtiraient aussi du mauvais fonctionnement de l’horloge interne.

Contrairement aux campagnes de sensibilisation liées au tabac, à l’abus d’alcool ou aux relations sexuelles à risque auxquelles les adolescents sont sensibilisés depuis leur enfance, très peu de communications mentionnent l’impact d’une utilisation excessive des nouvelles technologies sur la santé visuelle, auditive et à plus long terme psychologique des jeunes.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres