La Cour des comptes critique le dispositif du médecin traitant

Vous le savez, en 2004, la réforme de l’assurance maladie a introduit l’obligation pour l’assuré social de déclarer un médecin traitant afin qu’il respecte le parcours de soins coordonnés, condition pour qu’il soit remboursé à 70% par la sécu.

La Cour des comptes, nous apprend le site de la Mutualité Française, a émis dans un rapport rendu le 12 février des critiques quant à ce dispositif. Explications…

«Un parcours tarifaire d’une considérable complexité»?

Avec une progression du nombre de consultations réalisées dans le cadre du parcours de soins coordonnés passant de 87,2% en 2008 à 91% en 2011, la Cour des comptes a d’abord salué une «adhésion des assurés au dispositif [qui] ne se dément pas».

Toutefois, tempère-t-elle, ces bons chiffres sont davantage à relier à la crainte des assurés sociaux de subir des pénalités. Car en effet, et vous le savez bien, le respect du parcours de soins coordonnés en passant par le médecin traitant conditionne très largement la prise en charge des dépenses par la sécu.

Pour la Cour, la complexité du système instauré par la déclaration obligatoire d’un médecin traitant tient principalement à ce qu’il comprend des exceptions. En effet, pour respecter le parcours de soins, vous devez comme vous le savez consulter votre médecin traitant avant de consulter un spécialiste.

Or, ce passageobligatoire par le médecin traitant ne l’est pas pour certains spécialistes, tels que les gynécologues ou encore les ophtalmos, ce qui selon les magistrats de la Cour, participe à une confusion généralisée.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres