Comment améliorer l’accès à la contraception ?

Si vous pensiez trouver une réponse à la question posée dans le titre, détrompez-vous. Sur l’accès à la contraception et sa facilitation, on n’est malheureusement pas plus avancé que vous. Non, ce qu’on vous propose en revanche, c’est de revenir sur une dépêche AFP qui a déjà fait le tour du Net et qui annonce que la député UMP des Ardennes, Bérangère Poletti revient en force, plus déterminée que jamais, semble-t-il.

Ce nom vous dit quelque chose? Mais si souvenez-vous, c’est elle qui avait présenté en mai dernier un rapport censé relancer le débat sur la contraception des mineures.

Enfin, un rapport qui rendait compte de la nécessité de prendre complètement en charge la contraception des mineures, moyen efficace de lutter contre le nombre grandissant d’IVG chez ces demoiselles.

Nouvelles lois sur la contraception et l’IVG discutées le 14 novembre à l’Assemblée nationale

Dans les grandes lignes du projet de loi de Bérangère Poletti, il y a bien entendu l’anonymat et la gratuité de la contraception pour les mineures.

Ce qui signifie que la sécurité sociale prendrait en charge l’intégralité des dépenses liées à la «prévention de la grossesse non désirée».

Plus encore, Mme Poletti souhaite qu’il y ait un véritable travail d’information dispensée aux mineures en guise de prévention et, la député souhaite ainsi encourager «les établissements d’enseignement scolaire à définir en début d’année, dans le projet d’école ou le projet d’établissement, l’organisation horaire de l’éducation à la sexualité».

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres