Caumont-Sur-Durance propose une mutuelle groupée à ses habitants

Depuis mercredi 02 octobre, une commune du Vaucluse propose une mutuelle santé à ses habitants, une première en France! Le principe? Faire bénéficier les 4700 habitants de Caumont-Sur-Durance d’une complémentaire santé groupée pour obtenir les meilleurs tarifs possible.

Explications….

Un pour tous et tous pour un !

En se désolant du fait que « De plus en plus de gens ne se soignent pas faute de moyens et de remboursements suffisants», Véronique Debue, adjointe déléguée aux Affaires sociales, a suggéré de mettre en place une offre groupée de mutuelle santé afin de négocier les prix des contrats et ainsi, de les rendre accessibles aux habitants.

Car, et on ne vous apprend rien, le principe de «l’offre groupée» permet de réduire drastiquement les prix. La phrase « Si je vous en prends 10 vous me faites un prix?» vous est familière? Véronique Debue, par le biais du centre communal d’action sociale de la ville qu’elle préside, est ainsi partie du même postulat pour faire adopter la mesure.

Pour conclure ce partenariat, 12 mutuelles santé ont été invitées à proposer un tarif pour les 4700 habitants.

C’est finalement la Mutuelle générale d’Avignon (MGA) qui a été retenue. « C’est un contrat gagnant-gagnant » précise Véronique Debue car les tarifs attractifs proposés par la MGA poussent les habitants à souscrire la mutuelle, et cette dernière est assurée de trouver rapidement de nombreux nouveaux clients.

Nathalie Meyer, directrice de la MGA, affirme que « le contrat proposé à la commune de Caumont-sur-Durance est un contrat intergénérationnel: les jeunes autant que les plus anciens cotisent tous 47 euros par mois ».

Résultats: les demandes d’adhésion abondent et devant un tel succès, «les standards sont saturés d’appels» explique Véronique Debue, l’idée d’adapter ce système à d’autres projets tels que l’achat groupé de fioul, se profile.

Pour la MGA qui compte 8000 adhérents, le contrat proposé aux habitants de la municipalité a déjà permis « de fédérer 240 adhérents qui vont cotiser tous les mois…or ce ne sont pas 240 personnes qui seront malades en même temps », souligne Nathalie Meyer.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres