Cancer et reconstruction mammaire : le combat après la guérison

Chaque année, 20 000 femmes subissent une mastectomie à la suite d’un cancer du sein. Cette opération efficace tout autant qu’elle est radicale s’avère cependant coûteuse, surtout dans le cas d’une reconstruction mammaire.

Cancer du sein et restes à charge

Les chiffres avancés par la Ligue contre le Cancer sont sans équivoque. Après une mastectomie, 54% des femmes ont des difficultés pour faire face aux restes à charge, malgré le remboursement d’une partie des dépenses par leur complémentaire santé. Frais de pharmacie, prothèse, consultation d’un médecin spécialiste… l’ablation du sein touché par la maladie est une opération lourde, dont les conséquences financières peuvent se faire ressentir plusieurs années après l’intervention.

Des frais qui creusent les inégalités

Dans un cas sur trois, la mastectomie est nécessaire pour guérir d’un cancer du sein. Si l’opération sauve la vie de nombreuses femmes, elle peut également prendre la forme d’une « double peine » pour celles forcées d’assumer des frais supplémentaires très élevés. En moyenne, 456 € restent à la charge des patients, la somme pouvant grimpée jusqu’à 1 391 € dans le cas d’une reconstruction mammaire.

5 000 à  7 000 patientes se font reconstruire le sein après une mastectomie.

Véritable atteinte à la féminité, l’opération est également une source d’inquiétude pour les femmes aux ressources limitées. L’étude révèle que les malades les plus fragilisés sont également les plus concernés par ces difficultés : 81% sont au chômage, 72% vivent seules et 62% sont issues des catégories sociales les moins aisées.

Combien coûte le cancer du sein ?

A la suite d’une mastectomie, les patientes recourent à des soins supplémentaires afin de soulager des souffrances physiques et psychologiques :

  • 33% des femmes consultent un psychologue ;
  • 25% ont besoin de séances de kinésithérapie ;
  • 70% nécessitent d’autres soins.

Parmi ces derniers, on compte les soins de confort, mal remboursés, car destinés au bien-être et non à la guérison du malade :

  • 11% pour des frais à la pharmacie (montant moyen : 183 €) ;
  • 18% pour l’achat de prothèses amovibles, de soutiens-gorges adaptés, de manchons pour prévenir le lymphœdème (montant moyen : 228 €) ;
  • 20% pour des honoraires de professionnels de santé (montant moyen : 404 €).

Face aux limites de remboursement de l’assurance maladie, les mutuelles santé ont su s’adapter en développant des offres dédiées aux personnes en rémission. Comparer les contrats pour trouver la meilleure prise en charge reste ainsi la meilleure solution pour affronter la maladie en toute sérénité.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres