Le bronzage en cabine rend-il dépendant ?

Les habitués des salons de bronzage sont-ils en réalité des «drogués» du soleil artificiel? D’après une récente étude publiée par la revue américaine «Archives of Dermatology», la réponse à cette question est – oui!

Une étude scientifique étudie l’addiction aux UV

L’étude est tout à fait sérieuse. Elle a été menée en 2006 sur 421 étudiants, dont un peu plus de la moitié allaient régulièrement bronzer en cabine.

Pour mesurer leur dépendance, on a soumis au groupe testé un questionnaire du même type qu’on utilise pour les alcooliques: «Vous réveillez-vous le matin en pensant aux UV artificiels ? Avez-vous déjà essayé d’arrêter, sans succès ? Vous énervez-vous quand vos proches vous disent que vous devriez ralentir votre consommation d’UV?»

Et les résultats sont plus qu’étonnants: plus de 30% des interrogés répondent à ces critères d’addiction! 78% ont même essayé de réduire leur fréquentation, mais sans succès.

Mais ce qui est encore plus frappant, c’est que toutes ces personnes disent connaitre les risques, liés aux UV (vieillissement de la peau, cancer) sans pour autant arrêter leurs séances. Une vraie preuve d’addiction.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres