Le Baclofène avalisé par l’ANSM pour le traitement de l’alcoolisme

Vendredi 14 mars, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de Santé (ANSM) a accordé une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) pour le baclofène, décontracturant musculaire indiqué depuis près de 40 ans dans le traitement de la spasticité musculaire et, détourné depuis plusieurs années pour traiter l’alcoolodépendance.

Pour info, lorsqu’on dit qu’un médicament a été détourné, c’est pour signifier qu’il est prescrit hors Autorisation de mise sur le marché (AMM).

Les 2 nouvelles indications du baclofène

Ainsi, l’ANSM autorise deux nouvelles indications du baclofène. Ce qui signifie que les patients alcoolo-dépendants pour qui les autres traitements disponibles (Aotal et Revia sont actuellement les traitements qui existent) auraient échoué, pourront se faire prescrire du baclofènepour :

  • Une aide au maintien de l’abstinence après sevrage chez des patients dépendants à l’alcool;
  • Une réduction majeure de la consommation d’alcool jusqu’au niveau faible de consommation tel que défini par l’OMS chez des patients alcoolo-dépendants à haut risque.

Le baclofène: médicament miracle contre l’alcoolisme?

Conscient de l’actualité, vous savez pourtant que le même baclofène était déjà prescrit depuis des années pour traiter ces patients – environ 100000 patients étant actuellement sous baclofène, prescrit par près de 10000 médecins, rapporte LeMonde.fr. Qu’apporte donc la RTU de l’ANSM?

Concrètement, la décision de l’ANSM permet d’accompagner les quelques 10000 médecins qui ont prescrit ou qui prescrivent du baclofène pour guérir de l’alcoolisme, et qui n’ont ainsi plus à assumer seuls leurs actions. Ils bénéficient désormais de la «caution» de l’ANSM qui toutefois ne se dit pas prête à émettre un avis favorable d’autorisation de mise sur le marché (AMM) du baclofène dans cette nouvelle indication.

La prise en charge du traitement

Le baclofène, ayant reçu la recommandation temporaire d’utilisation (RTU) depuis mars dernier, pouvait être prescrit par un médecin mais n’était pas pris en charge par la sécu jusqu’à ce jour. Or, le traitement peut se révéler assez coûteux sachant que la boîte de 30 comprimés de 10 mg est à 5 € et que certains patients peuvent se voir prescrire toute une boite par jour de traitement, et ce sur plusieurs mois.

Lefigaro.fr nous apprend que le cabinet de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a confirmé qu’un arrêté ministériel sera publié sous peu pour avaliser la prise en charge du baclofène. Les médecins pro-baclofène soupçonnent que si le remboursement tarde à entrer en vigueur, c’est à cause des alcologues anti-baclofène qui refusent de donner leur avis pour des dosages au-delà de 120 mg/jour.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres