Les énergies renouvelables en France : où en est-on ?

  • Jusqu'à 174€ d'économies* pour un contrat d'énergie
  • 1 minute pour comparer les offres du marché

Les énergies renouvelables, ou EnR sont un type d’énergies, issues de processus naturels. Partout dans le monde, elles se développent de plus en plus et font concurrence aux énergies fossiles et nucléaires. Où en est la France et quels sont ses objectifs en matière d’énergie renouvelables ? Zoom sur les énergies renouvelables dans l’Hexagone.

Qu’entend-on par énergies renouvelables ?

Les énergies renouvelables, ou EnR, sont des « énergie dérivées de processus naturels en perpétuel renouvellement » (Chiffres clé des énergies renouvelables – édition 2020, ministère de la Transition écologique et solidaire). Elles s’opposent aux énergies fossiles.

Il existe plusieurs formes d’énergies renouvelables :

  • L’énergie générée par le soleil (photovoltaïque, thermique) ;
  • Le vent (éolienne) ;
  • L’eau des rivières, cours d’eau, océans (hydraulique, marémotrice) ;
  • La biomasse liquide (biocarburants), solide (bois et déchets d’origine biologiqueà, ou gazeuse biogaz) ;
  • La chaleur de la terre (géothermie).

Les énergies renouvelables en France en 2020

En 2019*, en France, les énergies renouvelables représentent :

  • 11,7% de la consommation d’énergie primaire ;
  • 17,2% de la consommation finale brute d’énergie.

Comme l’explique le ministère de la Transition écologique, ces parts sont en constante progression depuis une dizaine d’année, preuve que les énergies renouvelables sont de plus en plus plébiscitées et développées dans l’Hexagone. Parmi les filières qui ont le plus progressé depuis 15 ans, on trouve notamment les biocarburants, les pompes à chaleur et l’énergie éolienne.

* Les chiffres de 2020, publiés par le ministère de la Transition écologique, s’appuient sur les données de 2019. Il y a toujours un an de décalage entre les chiffres analysés et les chiffres publiés.

La part des énergies renouvelables

En 2019, les énergies renouvelables sont la 4ème source d’énergie primaire en France. Elles représentent 11,7% de la consommation d’énergie primaire, derrière le nucléaire (40%), les produits pétroliers (28,8%) et le gaz naturel (16%) et devant le charbon (3%) et les déchets non renouvelables (0,8%). Au total, la consommation d’énergie primaire s’est élevée à 2 893 TWh en France en 2019, dont 339 TWh pour les énergies renouvelables.

Répartition des énergies renouvelables en France

RangType d’énergiePart dans la production totale
1Bois-énergie35,2%
2Hydraulique17,3%
3Biocarburants12,1%
4Eolien10,4%
5Pompes à chaleur9,6%
6Déchets renouvelables4,8%
7Biogaz3,4%
8Solaire photovoltaïque3,4%
9Autres : géothermie, résidus de l’agriculture, solaire thermique, énergie marine3,6%

L’hydraulique renouvelable

La France compte plus de 2 000 installations hydrauliques, ce qui fait d’elle, avec la Suède, l’un des principaux producteurs d’énergie hydraulique de l’Union Européenne. L’hydraulique représente 51% de la production brute d’électricité renouvelable en France en 2019. En 2019, la production hydraulique a légèrement baissé par rapport à 2018. Cette production dépend fortement du débit des cours d’eau, mais surtout de la pluviométrie. Le plus gros de la production se fait dans l’est de la France ainsi que dans le sud-est.

L’éolien

Depuis les années 2000, la production d’électricité éolienne augmente constamment. En 2019, la production brute a atteint les 34,6 TWh, soit une progression de 21% par rapport à 2018. Une hausse qui s’explique par des conditions météorologiques très favorables. La puissance raccordée en 2019 s’établit à 1,4 GW, un chiffre en recul par rapport à 2018 (-11%). Le plus gros de la production se fait dans le nord de la France.

Le solaire photovoltaïque

Depuis 2009, la filière solaire photovoltaïque progresse à vive allure. En 2019, la production s’est élevée à 11,4 TWh, un chiffre en hausse de +7,5% par rapport à 2018. La baisse des prix des modules photovoltaïques sur les dernières années peut notamment expliquer cet engouement. Logiquement, c’est dans le sud-ouest et le sud-est de la France, les zones géographiques qui bénéficient du plus grand ensoleillement, que la production est la plus forte.

Le solaire thermique

La filière du solaire thermique a progressé de +3,4% en 2019 et a atteint les 2,2 TWh. Cette filière est particulièrement développée dans les DOM, et spécifiquement à La Réunion. Le solaire thermique y représente les 2/3 des énergies renouvelables consommées pour produire de la chaleur. En métropole, cette proportion n’est que de 1%.

La géothermie

L’énergie géothermique est particulièrement produite en Ile-de-France, en Nouvelle-Aquitaine et dans le bassin rhénan. En 2018, on a enregistré 1,9 TWh de chaleur livrée.

Les pompes à chaleur

Le parc de pompes à chaleur installées en France ne cesse de progresser, notamment grâce à la vente d’appareils air-air. En 2019, 34 TWh de chaleur renouvelable ont été produits grâce aux pompes à chaleur, un chiffre en hausse de 12% par rapport à l’année précédente. Selon des chiffres provisoires, 907 000 appareils ont été vendus en 2019. Parmi eux : 728 000 pompes à chaleur air/air, 176 000 air/eau et 2 600 géothermiques.

La biomasse solide

La biomasse solide sert principalement à produire de la chaleur, et une partie minime sert à produire de l’électricité. C’est l’énergie renouvelable la plus courante en France dans le secteur résidentiel.

Le biogaz et le biométhane

Le biogaz sert principalement à produire de l’électricité et de la chaleur. Entre 2018 et 2019, l’ensemble de la production d’énergie à partir de biogaz a progressé de 13%, rapporte le ministère de la Transition écologique.

En 2019, 1,2 TWh de biométhane, obtenu par épuration du biogaz, ont été injectés dans les réseaux de gaz naturel. Cela représente une progression de +70% par rapport à 2018. Fin 2019, on comptait 123 installations dédiées en France, soit une capacité totale de 2,2 TWH/an en service.

Les biocarburants

Ils représentent 9,6 % de la production primaire d’énergies renouvelables en France. Cela fait des biocarburants la 3ème source renouvelable en France, derrière la biomasse solide et l’hydraulique. A noter que le biodiesel représente 81% de la consommation de biocarburants, contre 19% pour le bioéthanol.

Quels objectifs pour les énergies renouvelables en France ?

En 2015, a été votée la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV). Elle fixe les objectifs de la France pour le développement des énergies renouvelables. Ces objectifs sont les suivants :

  • Augmenter la part des EnR à 23% de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32% en 2030 ;
  • Atteindre 40% de la production d’électricité d’origine renouvelable en 2030 ;
  • Atteindre 38% de la consommation finale de chaleur d’origine renouvelable en 2030 ;
  • Atteindre 15% de la consommation finale de carburant d’origine renouvelable en 2030 ;
  • Atteindre 10% de la consommation de gaz d’origine renouvelable en 2030 ;
  • Multiplier par 4 la quantité de chaleur et de froid renouvelables et de récupération livrée par les réseaux de chaleur et de froid en 2030.

Il s’agit d’objectifs ambitieux. Pour les atteindre, le gouvernement s’est doté d’un outil de programmation, intitulé PPE – programmation pluriannuelle de l’énergie.

Où en est la France par rapport aux autres pays ?

En 2018, du point de vue de la consommation finale brute d’énergie produite à partir de sources renouvelables, la France occupe la 16ème position sur tous les pays de l’Union Européenne. Toutefois, en niveau absolu de production la France est :

  • 1ère pour l’hydroélectricité :
  • 2ème pour la biomasse solide, les déchets, la géothermie et les biocarburants.

En 2018, les pays d’Europe qui avaient la part d’énergies renouvelables la plus élevée (plus de 30%) dans leur consommation finale brute étaient :

  • La Suède ;
  • La Finlande ;
  • Le Portugal ;
  • La Suisse ;
  • La Lettonie.
Cet article vous a-t-il été utile ?