Pourquoi et comment réaliser une bonne isolation de sa toiture ?

  • Comparez les offres en moins de 5 minutes et réalisez jusqu’à 140 € d'économies*
  • Changez de fournisseur dans la journée et cela sans coupure d'électricité

Vous vous faites régulièrement la réflexion que vous avez un peu froid à l’intérieur de votre maison ? Avez-vous songé que le problème pouvait venir de l’isolation de votre toiture ? 30 % des déperditions de la chaleur se font par le toit, ce qui n’est pas sans conséquence sur votre santé ni votre facture d’énergie ! Bien isoler votre toiture demeure donc un point essentiel pour passer l’hiver sans grelotter. LeLynx.fr vous guide entre les différentes méthodes d’isolation, les matériaux les plus efficaces ainsi que les budgets et les aides associées !

Pourquoi effectuer l’isolation de ma toiture ?

L’isolation thermique de votre toiture peut avoir lieu pour plusieurs raisons :

  • Une raison économique : vous cherchez à réduire les pertes de chaleur et à faire baisser votre facture d’électricité ou plus particulièrement votre charge de chauffage. Vous pouvez également avoir en tête d’améliorer la qualité énergétique de la maison pour obtenir une plus-value si vous envisagez de la revendre dans le futur ;
  • Une raison de confort thermique : vous souhaitez simplement avoir plus chaud dans votre maison.

Pour obtenir une isolation optimale, il faut prendre en compte les conditions propres à votre foyer : quel est l’état de la charpente ou de la couverture ? Vos combles sont-ils occupés ou non ? Cette dernière question pose aussi le problème de l’isolation des combles perdus. Disposez-vous encore de place sous le toit ? Avez-vous aussi fait l’isolation de votre plafond ? Pour s’adapter aux différentes situations, il existe différentes techniques d’isolation.

Quelles sont les techniques reconnues d’isolation de toiture ?

L’isolation de toiture par l’intérieur

Vous pouvez faire isoler votre toit par la technique dite de « l’intérieur » ou « sous rampants ». C’est la technique la plus commune et également la plus économique. Cela signifie tout simplement que l’isolant thermique (laine de verre, laine de roche, ouate de cellulose, mousse polyuréthane…) va être ajouté à la structure de votre toiture soit entre soit sous les chevrons.

Les chevrons : qu’est-ce que c’est ?

Les chevrons sont des pièces de charpente en bois, plutôt longues. Elles sont installées en direction de la pente du toit sur d’autres pièces appelées « pannes », qui prennent appui directement sur les murs. Leur rôle est de répartir de manière équilibrée le poids de la couverture sur toute la longueur du toit. C’est pour cette raison que leur espacement est calculé de façon très précautionneuse.

Pour que l’isolation ait une efficacité maximale, on pose non pas une, mais deux couches d’isolant. Enfin, est ajoutée une membrane pare-vapeur, qui forme un rempart d’étanchéité à l’eau et repousse les problématiques d’humidité.

Dans quel cas faire une isolation par l’intérieur ?

L’isolation thermique de votre toit par l’intérieur est particulièrement recommandée lorsque :

  • Vous avez une charpente en très bon état et vos combles ne sont pas trop encombrés ;
  • Vous prévoyez d’agrandir l’espace habitable de votre maison sous les combles ;
  • Vous possédez d’ores et déjà des combles aménagés (grenier, chambre supplémentaire, bureau, etc.).

Quelles sont les techniques d’isolation de toiture par l’intérieur ?

On remarque diverses techniques d’isolation de toiture par l’intérieur :

  • La technique du soufflage : insuffler, sous forme de flocons et via une machine à souffler, l’isolant directement sur le toit. Il s’agit d’une méthode rapide, efficace même sur les zones difficilement atteignables ;
isolation soufflage verre
  • La technique de l’épandage : l’isolant est disposé à la main au niveau du plancher des combles ou bien de la charpente. L’épaisseur de l’isolant est donc totalement régulable selon vos besoins. Attention toutefois, cette technique convient davantage aux petites surfaces ;
  • La technique par panneaux : la pose de ces panneaux requiert une grande précision et nécessite une main-d’œuvre appliquée, mais les résultats sont très probants concernant la conservation de la chaleur et l’isolation phonique ;
  • La technique par rouleaux : l’isolant est posé, « déroulé » sur le sol des combles et cela, par deux fois, afin d’obtenir une couche très épaisse. Vos combles doivent impérativement être accessibles facilement.

L’isolation de toiture par l’extérieur

La méthode par l’extérieur est unanimement reconnue pour sa capacité à neutraliser les ponts thermiques et très utilisée dans le cadre de rénovation énergétique complète de la maison.

Qu’est-ce qu’un pont thermique ?

Un pont thermique, répondant aussi au nom de « nœud constructif », est en réalité une fragilité dans la structure externe de la maison. Il peut aussi bien s’appliquer à la façade, au toit ou au sol. Concrètement, cela signifie qu’il y a des trous dans l’isolation thermique et cela provoque des déperditions de chaleur.

Dans quel cas faire une isolation de toiture par l’extérieur ?

L’isolation par l’extérieur est conseillée lorsque :

  • Les combles de votre toiture sont encombrés ou l’espace sous le toit très réduit ;
  • Votre toit présente de vrais défauts ou des dégradations.

En effet, cette option requiert d’ôter entièrement la toiture puis de la réinstaller, ce qui explique à la fois un temps de rénovation plus important et un coût très élevé.

Quelles sont les techniques d’isolation de toiture par l’extérieur ?

On observe trois différentes méthodes pour ce type d’isolation :

  • La méthode du sarking : non recommandée pour les toitures-terrasses, cette technique est plutôt compliquée à mettre en pratique. Il s’agit d’installer un isolant (laine de verre, laine de bois ou polyuréthane) sur la toiture. Une fois que cela est fait, une nouvelle toiture vient recouvrir l’isolant ;
  • La méthode du panneau sandwich : l’isolant (laine minérale ou tout autre type d’isolant) se retrouve entre un revêtement décoratif et un revêtement extérieur ;
  • La méthode des caissons chevronnés : cette méthode est très facile d’exécution. Des caissons sont déposés sur les pannes de la charpente, s’ensuit la pose de contre-liteaux et enfin de la couverture que vous aurez choisie. L’isolant peut ici être du polyuréthane ou du polystyrène.

Quel est le meilleur isolant pour ma toiture ?

Même si vous disposez d’un large choix parmi les isolants sur le marché pour la toiture, les meilleurs isolants sont :

  • Les isolants synthétiques (polystyrène, polyuréthane…) ;
  • Les isolants naturels (laine de bois, ouate de cellulose…) ;
  • Les isolants minéraux (laine de verre, laine de roche…).

La résistance thermique de ces matières est particulièrement élevée.

Astuce Malynx !

Afin d’en juger par vous-même, vous pouvez repérer l’indicateur R sur la fiche des isolants. Il doit être supérieur ou égal à 7. Cet indicateur est calculé grâce à la conductivité thermique (à quel point ce matériau peut transporter de la chaleur ?) et à l’épaisseur de la matière.

Quel est le budget d’une isolation de toiture ?

Le prix pour une isolation de toiture intérieure 

Le budget que vous allouerez à l’isolation de votre toiture intérieure va dépendre de :

  • La surface à isoler ;
  • L’état dans lequel la charpente sera ;
  • La nature des matériaux que vous aurez choisis ;
  • La facilité pour accéder au chantier ;
  • Le revêtement de la finition ;
  • La main-d’œuvre.

En moyenne, vous dépensez entre 50 € et 100 €/m² pour l’isolation d’une toiture par l’intérieur.

Le prix pour une isolation de toiture extérieure 

En tenant en compte des mêmes facteurs que pour l’isolation par l’intérieur, les coûts observés sur le marché sont compris entre 90 € et 250 €/m².

À quelles aides ai-je le droit pour l’isolation de ma toiture ?

Parce que vous pouvez vite vous retrouver avec une facture exorbitante pour vos travaux de rénovation, l’État a mis à disposition diverses aides financières. Ainsi votre confort thermique ne passera pas à la trappe :

  • La TVA réduite sur votre devis à hauteur de 5,5 % ;
  • L’éco-prêt à taux zéro ;
  • Les subventions régionales ou en provenance de l’Anah (Agence nationale de l’habitat), pouvant atteindre les 10 000 €, pour les ménages aux très faibles revenus ;
  • L’aide MaPrimeRénov’ : instaurée en janvier 2020, elle peut s’ajouter à une subvention de l’Anah et depuis 2021, les primes, dont le montant varie entre 7 à 25 € par m² sont ouvertes à tout public.