Pourquoi mon logement est-il classé F au DPE et comment l’améliorer ?

  • Comparez les offres en moins de 5 minutes et réalisez jusqu’à 140 € d'économies*
  • Changez de fournisseur dans la journée et cela sans coupure d'électricité

Votre logement a été classé F après soumission au Diagnostic de performance énergétique ? Découvrez ce que cela signifie concrètement ! Quel est son impact environnemental ? Quelle facture d’énergie allez-vous payer ? Quelles sont les possibilités d’amélioration ?

Qu’est-ce que la classe F d’après le DPE ?

Petit rappel sur le DPE

Vous vous demandez ce qu’est le DPE et à quoi il peut bien servir ? Il s’agit d’un diagnostic immobilier. Ce document vous informe sur la performance énergétique d’une habitation. Pour cela, il se base sur différents critères, mais évalue surtout la consommation énergétique du bâtiment (en kWh) et la quantité d’émissions de gaz à effet de serre produites.

Le résultat du DPE se lit grâce à une étiquette énergie où apparaît l’échelle de notation A à G. Plus un bâtiment est écologique, plus il se rapproche de la lettre A. Plus un bâtiment est énergivore, plus il se rapproche de la lettre G.

Bon à savoir : on parle de « passoire thermique » lorsque le logement est considéré comme extrêmement énergivore et possède une étiquette énergie F ou G !

Zoom sur la classe F d’après le DPE

Concrètement, une habitation classée F au DPE consomme entre 330 et 420 kWh/m2 d’énergie primaire sur l’année et/ou émet 70 à 100 kg de CO2 eq/m2.an.

Que veut dire « énergie primaire » ?

Il s’agit de l’énergie disponible dans l’environnement et exploitable directement sans qu’une transformation soit nécessaire. Parmi les énergies primaires, nous pouvons compter : le gaz naturel, le charbon, la biomasse, l’énergie hydraulique, l’énergie géothermique, l’énergie solaire, le pétrole brut ou encore l’énergie provenant de combustibles nucléaires.

Si votre maison ou votre appartement est classé F au DPE, cela signifie malheureusement qu’il consomme beaucoup d’énergie et qu’il a un impact écologique négatif dû à des émissions de gaz à effet de serre conséquentes. Il peut être qualifié de « passoire thermique ».

Toutefois, cela n’est pas un cas isolé, car l’on recense plus de 4,8 millions de logements classés F et G en France durant l’année 2021 ! Ce chiffre passerait même à 7 millions avec le nouveau système de calcul du gouvernement depuis juillet 2021…

Le profil type d’un logement de classe F

Un appartement ou une maison de type F :

  • A bien souvent été construit il y a de nombreuses années, avant 1948 dans la plupart des cas ;
  • N’a pas de bonne isolation thermique ;
  • N’a pas de chauffage performant (et de façon logique, il subit beaucoup de déperditions d’énergie).

Combien vais-je payer ma facture d’énergie avec un logement classé F ?

Depuis le 1er juillet 2021, un nouveau DPE a vu le jour ! Ce dernier est encore plus précis concernant la question de votre facture d’électricité et votre facture d’énergie à plus large titre, en lien direct avec le classement de votre habitation. Il propose une estimation annuelle de vos coûts d’énergie.

Néanmoins, pour vous donner une moyenne, sachez qu’un appartement de 40 m2 classé F et chauffé à l’électricité vous coûtera environ 90 €/mois. On estime qu’un logement de 100 m2 consommera entre 1650 € et 2250 € par an. Même si cette moyenne n’est pas vraie pour tous, une habitation de classe F vous fera débourser un montant important chaque mois dans tous les cas.

Facture Electricite

À bien retenir cependant, chaque logement possède ses propres caractéristiques qui vont fortement peser sur le résultat de la facture d’énergie :

  • Le type de bâtiment ;
  • La qualité de l’isolation ;
  • Le type de fenêtres ;
  • Le système de chauffage.

À cela, il vous faut ajouter les 5 postes d’énergie principaux : le chauffage, l’eau chaude sanitaire, la climatisation, l’éclairage et les auxiliaires, mais aussi les habitudes de consommation de chacun ! Le nombre d’occupants, la fréquence à laquelle ceux-ci se lavent, cuisinent, utilisent l’électricité des différentes pièces, etc., sont autant d’éléments qui jouent sur le prix à payer à la fin du mois !

Comment est calculé le DPE de mon logement ?

La notation du DPE

La notation du DPE s’exprime désormais en deux parties. La première note correspond à la consommation énergétique de votre logement par an. Cela veut dire : le chauffage et l’eau chaude sanitaire, divisés par la superficie de votre habitation.

La deuxième note, quant à elle, correspond à la quantité de CO2 rejetée par an et par m2. Elle est exprimée en kgeqCO2/m2.an. Attention : cette notation est directement dépendante de votre système de chauffe.

La méthode sur facture : arrêtée au 1er juillet 2021

Cette « vieille » méthode consiste à rassembler les factures de consommation d’énergie d’un particulier sur trois années consécutives. Ainsi, une moyenne peut être obtenue. Il y a bien évidemment autant de types de factures que de types d’énergie utilisés dans les habitations.

La méthode 3 CL 

3 CL signifie « Calcul de la Consommation conventionnelle des Logements ». Instaurée depuis 2006, cette méthode est considérée comme plus fiable par le gouvernement et les diagnostiqueurs. Cette estimation est établie en fonction de standards et ne revient pas sur le nombre d’occupants ni sur le mode de vie de ces derniers au sein du logement.

Que faire pour améliorer la notation F du DPE ?

Les classes F et G du DPE sont des échelons propres aux « passoires thermiques », logements très polluants. Ils peuvent cependant accueillir des travaux de rénovation énergétique pour améliorer leur performance et réduire leur impact écologique !

rénovation logement

Quels travaux réaliser en priorité ?

Les 3 postes de dépenses énergétiques importants sur lesquels vous pouvez revenir lors de vos travaux sont :

L’isolation : très importante, l’isolation thermique permet de conserver la chaleur et l’énergie entre vos murs ! Un logement mal isolé perd jusqu’à 30 % de sa chaleur. Il y a de quoi grelotter en plein hiver. Pour cela, les ouvertures telles que les portes et les fenêtres doivent comporter du double vitrage, mais il faut également que vos sols, plafonds et murs soient correctement cloisonnés ;

Le chauffage : il représente en moyenne 60 % du budget énergétique d’un ménage en France. Afin d’améliorer le classement F de votre logement, vous pouvez installer un système de chauffe écologique comme une pompe à chaleur, une chaudière biomasse ou encore avoir recours au bois ;

La ventilation : même si vous aérez fréquemment votre logement, cela ne suffit parfois pas à évacuer la pollution accumulée à l’intérieur de votre maison ou appartement. N’hésitez pas à faire installer des VMC (ventilation mécanique contrôlée) chez vous afin de faire circuler l’air au mieux, mais aussi à faire baisser l’humidité ambiante ! Vous pouvez faire installer des VMC simple flux ou VMC double flux (l’air est filtré, préchauffé, puis réinjecté dans la pièce).

Pourquoi faire ces travaux ?

La loi vous y obligera tôt ou tard

Vous ne faites que prendre les devants finalement ! Dans le cadre de la Loi climat et résilience, adoptée par le Sénat en juin 2021, la transition écologique avance de plus en plus en France et oblige à considérer toutes les sortes d’énergies renouvelables disponibles. D’ici 2028, les propriétaires de passoires thermiques devront obligatoirement entreprendre des travaux de rénovation énergétiques sous peine de se voir refuser la location de leur bien immobilier.

Vous y gagnez économiquement sur le long terme

L’investissement qui peut vous paraître très coûteux au départ se verra récompensé sur la durée ! Cela est d’autant plus frappant dans le cas de bâtiments classés F ou G, qui polluent énormément, et qui produisent une grosse quantité d’énergie à perte, à cause des déperditions. Vous aurez besoin de produire moins d’énergie pour vous chauffer correctement !

De quelles aides puis-je bénéficier dans le cadre d’une rénovation énergétique ?

Vous trouverez ci-dessous la liste des aides auxquelles vous pouvez prétendre si vous envisagez de vous lancer dans des travaux de rénovation énergétique :

  • MaPrimeRénov’ : c’est une aide financière qui est fixée en fonction du montant des travaux à effectuer, mais aussi de votre revenu fiscal ;
  • La Prime Énergie Monexpert : c’est une aide accessible à tous les foyers qui est aussi fixée en fonction des travaux à effectuer et du niveau de ressources des foyers ;
  • L’éco-PTZ : c’est un prêt qui peut aller jusqu’à 30 000 €, remboursable sur 15 ans et sans intérêts ;
  • L’aide Habiter mieux Sérénité de l’ANAH : c’est une aide qui peut payer jusqu’à 50 % des travaux, elle n’est accessible qu’aux ménages ayant de faibles revenus ;
  • Le chèque énergie : c’est une aide destinée aux ménages à faibles revenus également, pouvant aller jusqu’à 277 € en fonction des revenus fiscaux des foyers ;
  • La TVA réduite à 5,5 % ;
  • Les aides locales propres à certaines collectivités : renseignez-vous auprès de votre mairie, vous pouvez peut-être avoir une exonération de la taxe foncière !

Foire Aux Questions (FAQ)

Combien y a-t-il de logements classés F en France ?

En 2018, on relevait 10,8% de logements F sur tout le parc résidentiel français. Ce chiffre risque fortement d’augmenter avec la nouvelle notation du DPE depuis juillet 2021, qui est plus sévère envers les logements énergivores.

Mon logement est classé F par le DPE, puis-je continuer les locations ?

Oui ! Si vous êtes propriétaire d’un logement de classe F, vous pouvez, en 2021, continuer à le louer. L’étiquette énergie n’est pas encore un argument d’interdiction de location. Cependant, un projet de Loi « climat et résilience » est actuellement débattu à l’Assemblée nationale et des interdictions de location pour les habitations de type G ou F pourraient voir le jour à partir de 2023 au plus tôt, 2028 au plus tard.