Chauffage au bois : le rescapé de la hausse des prix de l’énergie ?

Comme chaque Français en a fait le constat la semaine passée, les tarifs du gaz, à l’image des autres types d’énergie comme le fioul ou l’électricité, ont encore bondi avec une hausse de 12,6% ! Face à cette augmentation historique, le bois de chauffage se démarque et présente des prix stables, ce qui pourrait en séduire plus d’un.

Des ventes d’équipement de chauffage au bois qui s’enflamment

La vente de poêles au bois et de chaudières est en train de connaître des records, le marché suivant une croissance de près de 89%. Cela s’explique par :

  • Les aides de l’Etat au consommateur ;
  • Les tarifs exorbitants du gaz (dont les prix ont dû être gelés, après intervention de Jean Castex jeudi 30 septembre), de l’électricité et du fioul.

190 000 ventes de poêles à bois sont attendues pour l’année 2021, soit 30 000 de plus qu’en 2019 et plus de 25 000 chaudières devraient aussi être écoulées d’ici la fin de l’année.

Les chaudières connaissent un taux de popularité plus faible que les poêles car le prix de l’équipement est très onéreux. Cependant, des aides gouvernementales comme MaPrimeRénov’ ont eu un effet considérablement positif sur la facture des ménages. Pour rappel, l’aide propose jusqu’à 10 000€ d’économies pour l’achat d’une chaudière à granulés.

D’après une étude Effy (entreprise spécialisée dans les travaux de rénovation énergétique chez les résidents), la note annuelle moyenne d’un ménage français se chauffant au bois s’élèverait à seulement 1147€ contre 1777€ pour l’électricité, par exemple.

L’avantage géographique et écologique du bois

L’argument qui séduit de nombreux Français dans le passage au chauffage au bois, expliquant aussi son prix inférieur aux autres énergies, est sa provenance locale. Le bois vient de France et est soumis à moins de tensions géopolitiques que les autres énergies. L’acheminement est également moins complexe à appréhender.

On parle de « chauffage au bois » mais ce sont presqu’exclusivement des granulés qui sont utilisés dans le chauffage au bois, un sous-produit de cette matière première. 90% des granulés viennent ainsi de France et du sciage.

Si aujourd’hui, beaucoup de moyens sont mis en place pour développer la filière bois (1,5 million d’appareils à granulés seront comptabilisés d’ici 2022), il faut toutefois se tenir sur ses gardes quant à ses tarifs peu élevés. Ceux-ci pourraient bien augmenter à cause du manque de matière première et d’espace suffisant pour la stocker convenablement avant d’entrer dans la période hivernale.