Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

Les chaudières biomasse

  • Comparez les offres en 1 minute
  • Jusqu'à 157€ d'économies*
  • Changez de fournisseur dans la journée

Les chauffages de bois utilisent, comme leurs noms l’indiquent, le bois comme combustible pour fonctionner. Parmi ce type de chauffage, on y trouve les chaudières biomasse. Ecologique, performante et économique sur le long terme, elles séduisent de plus en plus de ménages. Comment fonctionne une chaudière biomasse, comment la choisir et à quel prix ? Les conseils de LeLynx.fr.

Qu’est-ce qu’une chaudière biomasse ?

Une chaudière biomasse est un système de chauffage similaire aux chaudières gaz ou fioul, à une différence près : le combustible utilisé. Les chaudières biomasse fonctionnent grâce au bois ou à des sous-produits du bois (sciures, écorces…).

Une chaudière biomasse peut servir de système de chauffage central : elle est capable de chauffer la totalité d’un logement et peut aussi servir à chauffer l’eau sanitaire.

Différents types de chaudières biomasse

Il existe différents modèles de chaudières biomasse disponibles sur le marché, qui varient selon la nature du combustible. Ainsi, on distingue les chaudières qui fonctionnent avec :

  • Du bois bûche, c’est-à-dire du bois exploité de manière brute ;
  • Des granulés de bois, également appelés pellets. Il s’agit de petits cylindres fabriqués à partir de sciures ou de copeaux non traités ;
  • Des plaquettes forestières ou industrielles. Il s’agit de matières issues du broyage de déchets de bois en provenance des forêts ou des scieries.
Pour quel type de combustible opter ? Tout dépend de vos priorités. Sachez que les bois bûche est le combustible le moins cher. Les plaquettes bénéficient du meilleur rendement. Quant aux granulés/pellets, ils ont aussi bon rendement et prennent moins de place en termes de stockage.

Différents modes de chargement

Les chaudières biomasse fonctionnent grâce à un combustible, qu’il est nécessaire de recharger. Vous trouverez deux modes de chargement :

  • Les chaudières biomasse à chargement manuel : c’est vous qui alimentez vous-même l’appareil, à la manière d’un poêle à bois ;
  • Les chaudières biomasse à chargement automatique : elles s’alimentent toutes seules, mais il est tout de même nécessaire d’acheter un silo pour stocker le bois.

Les avantages des chaudières biomasse individuelles

Les chaudières biomasse présentent de nombreux avantages. Tout d’abord, elles sont écologiques, car elles fonctionnent grâce à des sources renouvelables et inépuisables. Grâce à leur faible taux d’émission de CO2, elles permettent aussi de lutter contre l’effet de serre.

Autre avantage des chaudières biomasse : leurs bonnes performances. Les modèles les plus efficaces permettent d’atteindre jusqu’à 95% de rendement énergétique. Enfin, le combustible utilisé pour faire fonctionner les chaudières biomasse, à savoir le bois, demeure l’un des moins chers du marché.

Astuce Malynx !

En résumé, les chaudières biomasse sont à la fois économiques, performantes et écologiques !

… mais aussi des inconvénients

Attention toutefois : si vous souhaitez investir dans une chaudière biomasse, mieux vaut avoir conscience des inconvénients de ce type d’appareil avant de se lancer.

Le premier inconvénient – et non des moindre – demeure le prix : comptez au minimum 3 000€ pour une chaudière biomasse entrée de gamme et jusqu’à 20 000€ pour les modèles les plus performants.

Au prix d’achat, il faudra aussi ajouter les coûts d’installation, qui peuvent aussi grimper vite, de 500€ pour une chaudière biomasse manuelle jusqu’à 3 500€ pour une chaudière biomasse à alimentation automatique.

Comment choisir sa chaudière biomasse ?

Il est important de choisir la bonne chaudière biomasse, c’est-à-dire celle qui sera à la fois adaptée à votre budget, à vos attentes et à votre logement.

Ainsi, avant d’acheter, veillez à bien étudier :

  • Le type de combustible de la chaudière : plutôt bois bûche, granulés/pellets ou plaquettes ? ;
  • L’autonomie de la chaudière : vous devrez choisir entre une chaudière biomasse manuelle ou à rechargement automatique. Si vous manquez d’espace, votre choix se portera certainement vers une chaudière manuelle ;
  • Le rendement, la performance énergétique : les modèles les plus récents permettent d’atteindre jusqu’à 95% de rendement. Sans surprise, plus la performance est bonne, plus le prix de la chaudière est élevée ;
  • L’utilisation de la chaudière : vos besoins ne seront pas les mêmes selon que vous cherchiez à chauffer votre logement, votre eau sanitaire ou les deux. Si vous envisagez les deux, vous aurez certainement besoin d’une chaudière biomasse plus puissante ;
  • Les aides disponibles : tous les appareils ne sont pas éligibles aux aides financières ;
  • Les labels et certifications. Le label « Flamme verte » et la classe 5 de la norme NF EN 303.5 vous garantissent notamment que vous investissez dans une chaudière qui a de bonnes performances énergétiques et environnementales.
Avant d’acheter une chaudière biomasse, vérifiez aussi que la pièce dans laquelle vous compter installer l’appareil et éventuellement stocker le combustible n’est pas humide. En effet, un faible taux d’humidité optimisera considérablement la performance de la chaudière.

L’entretien de la chaudière biomasse

Une fois votre chaudière biomasse installée et en marche, il est important de bien l’entretenir. Cet entretien permettra non seulement d’éviter les pannes, d’avoir de meilleures performances, mais aussi d’avoir une durée de vie plus longue. Il convient de distinguer l’entretien régulier, que vous pouvez réaliser vous-même, et l’entretien annuel, qui doit être effectué par un professionnel.

L’entretien régulier

Certaines parties de la chaudière biomasse doivent être entretenues régulièrement, à savoir :

  • L’échangeur : vous pouvez activer le levier de nettoyage pour que les particulies logées à la surface tombent dans le cendrier. Cette action peut être réalisée toutes les semaines ;
  • Le cendrier : il reçoit les cendres issues de la combustion. Il est nécessaire de le vider de temps en temps pour éviter les débordements ;
  • Le brûleur : vous pouvez enlever les morceaux de combustible qui s’amassent dessus.

L’entretien annuel

Comme toutes les chaudières qui fonctionnent grâce à un combustible (chaudières gaz, fioul, bois…), les chaudières biomasse doivent être entretenues tous les ans par un professionnel. Vous pouvez appeler le professionnel de votre choix tous les ans ou souscrire un contrat de maintenance, qui vous assurera aussi une sécurité en cas de panne.

Pensez bien à demander votre attestation d’entretien au professionnel qui s’est occupé de la révision ! Ce document peut vous être utile notamment si vous êtes locataire, pour prouver à votre propriétaire que vous avez bien rempli vos obligations.

Quel est le prix d’une chaudière biomasse ?

Le prix des chaudières biomasse est souvent l’un des freins à l’achat. En effet, les chaudières biomasse coûtent généralement plus cher que d’autres appareils de chauffage, comme les chaudières  électriques, les chaudières gaz ou les chaudières fioul.

Les prix peuvent considérablement varier selon les modèles, les fabricants, le rendement… Comptez entre 3 000€ (pour les premiers prix) et 20 000€ (pour les modèles les plus performants). Il est également important de prendre en compte le prix de l’installation dans votre budget, car il peut aussi se chiffrer à plusieurs milliers d’euros.

Les aides à l’achat d’une chaudière biomasse

Parce qu’elles sont écologiques et performantes, les chaudières biomasse peuvent faire l’objet d’aides financières ou subventions. Attention : la plupart de ces aides sont soumises à des critères d’éligibilité, il est donc important de bien vous renseigner afin de savoir si vous y répondez.

Parmi les aides auxquelles vous pouvez peut-être prétendre :

  • Ma Prime Rénov’ ;
  • L’éco-prêt à taux zéro, ou éco-pTZ ;
  • La TVA à 5,5% ;
  • La prime énergie ;
  • Les aides de l’Anah (l’agence nationale de l’habitat).
Cet article vous a-t-il été utile ?