Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

Chauffage : 3 astuces pour éviter les arnaques


Alors que les prix de l’énergie connaissent une flambée inédite, certains consommateurs font face à ce que beaucoup d’entre nous redoutent : une arnaque à l’installation d’un chauffage. Charmés par les aides promises et les gains d’économies, nombreux sont les Français à débourser des sommes faramineuses pour leur chauffage, alors qu’ils ne devraient pas. Voici 3 conseils pour contrer ces arnaques !

Avec les économies réalisées durant les confinements et les aides à la rénovation énergétique de l’État, certains ménages ont décidé de remplacer leur vieux chauffage. Le problème est que d’un devis à un autre, le montant de l’installation et de la pose varie parfois du simple au double.

Pour les chaudières à gaz, la facture moyenne est d’environ 4 600€. Or, il existe des écarts allant jusqu’à 6 000€ entre certains devis. Alors que l’industrie du chauffage au bois connait un déclin, les consommateurs possèdent un réel engouement pour chaudières à granulés. Les devis vont de 18 000€ à plus de 23 000€.

Cependant, la palme des écarts exorbitants revient aux pompes à chaleur air/eau. Des devis affichent un prix final de 9 100€ environ et d’autres à plus de 23 000€. Les devis concernant un changement de chauffage au gaz, comme les chaudières à condensation sont moins sujets à ces différences de prix.

Quand dois-je changer ma chaudière à gaz ?
Lire l'article

Pourquoi existe-t-il d’aussi grands écarts de prix ?

Certes, d’un dispositif à l’autre, les prix fluctuent. Les matériaux et le coût de fabrication, les technologies utilisées, la puissance et les caractéristiques expliquent l’hétérogénéité des prix. Sûrement pas le fossé entre certains devis.

Quelques entreprises d’installation de chauffage gonflent le montant des devis à mesure des aides énergétiques que les ménages peuvent recevoir, notamment MaPrimeRénov’.

chauffage

Remplaçant le crédit d’impôt de transition écologique depuis le 1er janvier 2020, le montant de cette aide est calculé en fonction des revenus et du gain écologique des travaux. Les foyers les plus modestes sont malheureusement une cible privilégiée des démarcheurs malhonnêtes, puisqu’ils font partie des personnes éligibles à ce dispositif.

Ces derniers peuvent également profiter d’autres aides cumulables pour changer leur chauffage. Par exemple, MaPrimeRénov’ peut être cumulée avec le dispositif Coup de pouce économies d’énergie.

Attention, Le Coup de pouce économies d’énergie prendra fin en 2022.

Encore une fois, le montant de cette prime dépend du niveau de ressources des ménages. Les entreprises coupables font miroiter des aides rocambolesques et affirment qu’elles se chargeront de toutes les démarches auprès des organismes de l’État. Certaines disparaissent ensuite…

Alors, voici quelques astuces pour diminuer les risques d’arnaques au chauffage.

1 – Ne signez rien

Cela parait un peu excessif à première vue et pourtant cela pourrait bien vous éviter quelques ennuis ! Lors d’un démarchage, ne signez rien. Vous n’avez aucune raison de vous engager et encore moins de vous presser. Rien ne vous oblige à accélérer l’installation d’une chaudière à gaz, d’une pompe à chaleur ou autre.

A partir du 1er janvier 2022, il sera impossible d’installer des chaudières à fioul. Cependant, l’entretien et la réparation de ce type de chauffage seront toujours possibles jusqu’à ce que vous décidiez d’en changer ! Il n’existe aucune obligation dans la loi de remplacer à partir de 2022 son chauffage au fioul, notamment si celui-ci est neuf ou si vous souhaitez le conserver.

Dans tous les cas, sachez que vous êtes libres de refuser et de vous laisser le temps de réfléchir. De la même manière, il est conseillé de s’abstenir lors de foires ou de salons qui regorgent souvent d’entreprises mal intentionnées.

Astuce Malynx !

N’hésitez pas à faire vos propres recherches sur les installeurs. Sur le site infogreff.fr/recherche-siret-entreprise/cherche-siret-entreprise.html, vous avez la possibilité d’entrer le numéro de Siret afin de vérifier s’il correspond bien au nom et aux coordonnées de l’entreprise affichée sur un devis.

2 – Vérifiez toujours les informations

Chaudière à 1 euros, aide de 8 000€… Tout cela ne serait-il pas trop beau pour être vrai ? Les chaudières à 1€, y compris l’isolation des combles au même prix existent bien… Mais pour très peu de personnes ! Ce sont les ménages aux revenus les plus modestes qui peuvent en bénéficier afin de mieux isoler et chauffer leur logement et ainsi, réduire leur facture d’énergie.

De plus, le professionnel qui réalise ce type de d’intervention doit posséder la qualification RGE.

Astuce Malynx !

Sur le site https://www.faire.gouv.fr/trouvez-un-professionnel vous trouverez la liste des professionnels possédant la garantie « Reconnu garant de l’environnement » (RGE). Ils suivent une charte de qualité et travaillent dans le respect des méthodes conformes à la réglementation en vigueur. De plus, faire appel à un artisan labellisé RGE vous permettra de bénéficier des aides d’État.

Même son de cloche pour les aides. La plupart d’entre elles sont attribuées en fonction de vos revenus. Vous pouvez vérifier par vous-même les aides auxquelles vous êtes éligible.

Le site du gouvernement https://www.faire.gouv.fr/aides-de-financement/simulaides vous permet de simuler les primes dont vous pouvez profiter pour le changement de votre chaudière ou pour d’autres travaux énergétiques.

3 – Faites jouer la concurrence

Rien ne vous empêche de contacter plusieurs entreprises ! En comparant les devis de plusieurs installateurs, vous pouvez réduire les risques de fraudes.

En plus d’établir plusieurs devis, assurez-vous que la mise en service et l’explication du fonctionnement de la chaudière figurent sur le devis. Cela vous permettra d’évaluer si l’entreprise en question est un réel installateur.

Quel chauffage dois-je privilégier ?

Vous pouvez choisir le chauffage que vous souhaitez pour votre résidence. Cependant, certains sont à privilégier selon les caractéristiques du logement.

Si votre logement est desservi par le réseau de gaz naturel, ou du moins s’il passe à proximité de votre habitation, la chaudière au gaz est intéressante. C’est un mode de chauffage assez compétitif. Pour les revenus modestes, il est possible de bénéficier à la fois de MaPrimeRénov’ et du dispositif CEE (certificats d’économies d’énergie) pour sa pose.

Les chaudières à granulés possèdent également un avantage : si le prix oscille entre 18 000€ et 23 000€, les aides de l’État peuvent rapidement faire diminuer la facture. Les foyers aux ressources modestes et très modestes peuvent recevoir entre 6 000 et 10 000€ de MaPrimeRénov’. Ce type de chauffage convient très bien aux maisons spacieuses ou peu isolées, dans les territoires aux automnes et hivers rudes.

Son cousin, le poêle à granulés est une alternative avantageuse. En plus de chauffer de manière uniforme un logement, certains ménages peuvent se le faire installer pour moins de 1 500€ grâce aux CEE et/ou MaPrimeRénov’.

Les pompes à chaleur air/eau sont recommandées pour tout type de logement à condition que celui-ci soit bien isolé. Si ce chauffage équipe une maison mal isolée, pire une passoire thermique, la pompe chauffera dans le vide et le consommateur ne s’y retrouvera pas dans son investissement. Pour les budgets les plus serrés, ce type de chauffage est subventionné.

Cet article vous a-t-il été utile ?