CEE : le gouvernement réhausse ses exigences, en faveur des ménages modestes

Dans un communiqué publié mardi, le ministère de la Transition écologique a dévoilé le niveau d’obligation concernant les Certificats d’économies d’énergie pour la période 2022-2025. Il est ici surélevé pour atteindre des objectifs écologiques et aider les ménages précaires.

travaux-renovation-energetique

Les Certificats d’économies d’énergie (CEE) reposent sur l’obligation pour les vendeurs d’énergie de proposer des solutions à leurs clients pour réduire leurs factures, notamment des aides financières. Dans ce sens, le gouvernement a publié mardi un communiqué pour préciser ses nouvelles attentes sur la période 2022-2025.

Le niveau d’obligation d’économies d’énergie dans le cadre des CEE est ici revu à la hausse, à hauteur de 2 500 térawattheures (TWh). Cette nouvelle obligation représente une « hausse de 17% par rapport à la période précédente » et reste « légèrement plus élevée que celle prévue par le projet initialement soumis à la consultation », est-il précisé dans le communiqué.

Soutien aux ménages modestes

D’après le ministère, ce changement « traduit la volonté du Gouvernement d’accroître encore l’ambition écologique et de s’assurer que le soutien à la transition énergétique bénéficie en priorité aux ménages les plus précaires ». Dans ce sens, 730 TWh vont être destinés à ces Français en situation de précarité énergétique (contre 600 TWh dans la version initiale).

Par ailleurs, face aux critiques de certaines associations de consommateurs sur les arnaques et la complexité du dispositif des CEE, le gouvernement annonce le lancement d’une concertation. Plusieurs sujets sont donc aujourd’hui sur la table des discussions, notamment le déploiement de contrôles et des simplifications administratives.