Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

Production d’électricité : doit-on craindre un manque d’alimentation cet hiver ?

Alors que les Français redoutent déjà l’arrivée d’une facture d’électricité plus salée qu’à l’accoutumée en raison de la crise du marché de l’énergie, ils pourraient avoir une inquiétude supplémentaire concernant l’alimentation électrique de leur foyer. Le groupe RTE (gestionnaire du Réseau de Transport et d’Électricité) mentionne une « vigilance particulière » à l’égard de cet hiver.

Centrale nucléaire hiver

Que chacun se rassure, pour le mois de décembre, il n’y a pas de quoi s’alarmer grâce à un « risque de tension faible » selon Thomas Veyrenc, directeur général de RTE. Cependant, en janvier et février, les températures seront plus rudes et plus susceptibles d’amener les Français à avoir recours au chauffage et à l’électricité.

Il faut coupler cette raison purement météorologique à un programme de maintenance des réacteurs nucléaires chargé, ce qui implique une incertitude quant à la disponibilité du parc nucléaire… et donc l’alimentation des foyers en électricité.

La maintenance des réacteurs nucléaires en cause

Sans grande surprise, c’est bien le Covid-19 qui a bouleversé le calendrier de maintenance depuis le printemps 2020 et ce décalage risque de courir jusqu’à l’année prochaine.

Le saviez-vous ?

Le nucléaire demeure la première source de production, mais aussi de consommation électrique. On compte 56 réacteurs nucléaires sur le territoire français d’après EDF.

Attention à ne pas confondre centrale nucléaire et réacteur. Une centrale est un site nucléaire produisant de l’électricité, contenant elle-même un ou plusieurs réacteurs, en général 2 à 4 produisant en moyenne 1000 MW chacun.

Deux nouvelles actualisations concernant la sécurité d’approvisionnement électrique sont néanmoins attendues de la part de RTE fin décembre 2021 ou début janvier 2022 puis fin janvier 2022 dans un second temps. RTE aura eu le temps de dresser un état des lieux plus proche du réel aussi bien sur le nombre de réacteurs en arrêt pour cause de maintenance que sur les températures et les phénomènes météorologiques hivernaux.