En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Le gouvernement lance un service d’accompagnement pour la rénovation énergétique

Le SARE, ou service d’accompagnement pour la rénovation énergétique, verra le jour le 1er janvier 2020. Le gouvernement souhaite renforcer la lutte contre les logements mal isolés.

rénovation logement

Du nouveau pour renforcer la rénovation énergétique des logements. Le gouvernement a annoncé dimanche 8 septembre le lancement d’un dispositif baptisé SARE, ou service d’accompagnement pour la rénovation énergétique. Ce dernier sera effectif à partir du 1er janvier 2020 et permettra de mieux lutter contre les passoires énergétiques.

Dans le Journal du Dimanche, la ministre de la Transition Ecologique et solidaire a expliqué que le SARE devrait « faciliter la vie des Français, pour qu’ils soient bien conseillés et qu’ils aient des solutions clé en main ». Le dispositif vient compléter d’autres aides déjà existantes, telles que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite), les prêts à taux zéro, les certificats d’économie d’énergie (CEE) ou encore les aides de l’Anah.

Financements multiples

Les projets de rénovation énergétique seront financés :

  • Au moins à 50% par les collectivités territoriales ;
  • Le reste par des « certificats d’économies d’énergie (CEE) à hauteur de 200 millions d’euros », selon un communiqué du ministère de la Transition écologique.

Ces 200 millions d’euros correspondent à 40 Thw (40 térawatts/heure cumulés) d’économies d’énergie sur la durée de vie des bâtiments, gagnés grâce aux travaux de rénovation effectués. Le subventionnement suivra donc « une logique de rémunération à la performance ».

Comme l’a rappelé Elisabeth Borne au JDD, la rénovation énergétique des bâtiments est devenue un « enjeu central ». 4 millions de ménages modestes vivent aujourd’hui dans des logements mal isolés. Les enjeux sont également climatiques : « le secteur du bâtiment concentre 25% de nos émissions de CO2 », rappelle en effet la ministre.