En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Isolation à 1 euro : de plus en plus de plaintes pour escroquerie

La DGCRF tire la sonnette d’alarme. Les plaintes liées à des escroqueries pour des travaux de rénovation énergétique ont augmenté ces derniers temps. Pour éviter les arnaques, il est important de prendre certaines précautions.

travaux renovation

Les ménages sont de plus en plus sollicités pour refaire l’isolation énergétique de leur logement. Attention aux arnaques dans ce secteur : la DGCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) invite les ménages à être vigilants, particulièrement face à certaines offres à 1€. L’organisme a en effet annoncé avoir reçu « de nombreuses plaintes de démarchage téléphonique de la part de sociétés se présentant comme des organismes officiels et proposant des offres d’isolation à 1€ ».

Le mode opératoire des escroqueries est le suivant : les sociétés démarchent par téléphone et prétendent être mandatées par des organismes publics. Souvent, elles déclarent aussi aux clients que les travaux de rénovation sont obligatoires pour ne pas payer de pénalités, ce qui est faux. Une fois les contrats conclus, ils ne respectent pas le Code de la consommation, et les matériels installés peuvent être non conformes.

Les précautions pour éviter les arnaques

Pour éviter les arnaques, la DGCRF recommande aux particuliers de :

  • Se détourner des entreprises qui affirment être mandatées par un organisme public ou qui menacent de pénalités ;
  • Faire des recherches sur l’émetteur de l’appel ou la société avant de s’engager ;
  • Bien lire les clauses du contrat, notamment celles en petits caractères et ne jamais signer dans la précipitation.

A noter que les offres d’isolation dites « à 1€ » sont valables jusqu’en décembre 2020. Elles sont soumises à certaines conditions, liées à la nature des travaux et aux revenus des ménages. Pour être valables, les entreprises doivent de plus être signataires de la charte « coup de pouce » mise en place par le ministère de la Transition écologique et solidaire.