En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les fournisseurs d’énergie demandent à l’Etat un assouplissement du CEE

Des fournisseurs d’énergie et associations réclament un assouplissement du CEE (ou Certificat d’économie d’énergie). En cause, un dispositif lourd financièrement, tant pour les fournisseurs que pour les consommateurs.

rénovation logement

Le CEE, ou certificat d’économie d’énergie, est dans le viseur des fournisseurs d’énergie et des associations. Ce dispositif a pour but d’inciter les fournisseurs d’énergie, mais aussi de carburant, à réduire la consommation de leurs clients. Pour y parvenir, ces derniers doivent financer des actions en faveur de l’efficacité énergétique. Une contribution qui se répercute sur la facture des consommateurs.

« Aujourd’hui, le coût du dispositif représente entre 3% et 4% des dépenses énergétiques des Français (électricité, gaz, carburants compris), soit entre 100 et 150 euros par ménage et par an toutes énergies confondues », ont alerté plusieurs associations de fournisseurs d’énergie et de consommateurs dans un courrier adressé au ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy.

Le gouvernement promet plus de visibilité

De son côté, le gouvernement défend le dispositif du CEE : «  ce système permet de réaliser environ 530 TWh cumulés actualisés d’économie d’énergie par an en générant entre 2 et 3 milliards d’euros d’investissements ». D’après les Echos, le gouvernement estime par ailleurs que le coût du CEE, tel qu’il est pointé du doigt par les signataires, est « inflaté ».

Pour autant, le gouvernement promet de donner davantage de visibilité aux fournisseurs d’énergie, en leur donnant d’ici à début 2020 plus de précisions sur leurs obligations jusqu’en 2026. L’exécutif suggère aussi d’ouvrir le dispositif du CEE à d’autres branches de l’industrie, notamment aux secteurs du ciment et de l’acier, qui peuvent aussi avoir un rôle à jouer en matière d’économies d’énergie.