En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les énergies renouvelables en retard sur les objectifs en 2018

En 2018, 117 gigawatts (GW) d’énergies renouvelables ont été injectés dans les réseaux. Un chiffre en stagnation par rapport à 2017, qui suscite des inquiétudes pour l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

energie renouvelable

En 2018, au niveau mondial, 117 gigawatts de capacités d’énergies renouvelables ont été injectés dans les réseaux. Un chiffre qui inquiète l’Agence internationale de l’énergie (AIE) : « Après près de deux décennies de forte croissance annuelle, les énergies renouvelables ont ajouté autant de capacités nettes en 2018 qu’en 2017. Un tassement inattendu des tendances de croissance qui soulève des inquiétudes sur la capacité à atteindre les objectifs climatiques de long terme », note l’organisme.

Selon l’AIE, les nouvelles capacités injectées, énergies solaire, éolienne ou encore hydraulique confondues, ne représentent que 60% des objectifs fixés par l’Accord de Paris. Pour Faith Birol, directeur général de l’AIE, il est donc nécessaire que les gouvernements mettent en place des « politiques stables appuyées par une vision de long terme » et en finissent avec les « politiques de stop and go », qui sont « néfastes pour les marchés et les emplois ».

La Chine ralentit le rythme

Pour expliquer cette stagnation des énergies vertes, il faut notamment se tourner vers la Chine. Le pays compte près de 45% de la puissance mondiale installée. Ainsi, lorsqu’il ralentit le rythme – et c’est ce qui s’est produit en 2018 – les résultats s’en ressentent fortement. Selon l’AIE, en 2018, la Chine a injecté moins de capacités qu’en 2017 (77 GW vs 82 GW).

Autre facteur qui peut justifier le tassement du rythme de croissance : le ralentissement de l’activité dans l’hydroélectricité. Comme le rapportent les Echos, en deux ans, la croissance annuelle a chuté de 15 GW l’an dernier, pour atteindre les 21 GW. Le secteur peine en effet à trouver de nouveaux sites en Europe ou à financer de grands projets.