En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les énergies renouvelables plus fortes que le Covid-19

Dans un contexte où la consommation d’énergie dégringole universellement, la part des énergies renouvelables, elle, bat des records historiques. En 2020, on consomme 5% de plus d’énergie verte qu’en 2019.

panneaux solaires ski éolienne

La consommation d’énergie chute fortement depuis le début de la crise sanitaire, atteignant même les chiffres de 1945. Pourtant, dans ce contexte, un secteur tire son épingle du jeu : les énergies dites renouvelables. L’Agence internationale de l’énergie prévoit qu’en 2020, la planète aura consommé 5% d’énergies renouvelables de plus que l’année précédente.

« Au premier trimestre 2020, la consommation d’énergie renouvelable a progressé de 1,5% dans le monde », annonce l’agence. L’électricité produite à partir des ressources renouvelables augmente de 3%. Gaz, pétrole, charbon, et même nucléaire : tous ces combustibles ont vu leur demande décroître cette année.

Energies renouvelables : le tour de France des bonnes pratiques
Lire l'article

Des chiffres en trompe-l’œil ?

Pour soutenir cette croissance, les Etats mettent la main à la poche. La France, par exemple, va devoir « compenser la différence entre les prix du marché [qui chutent] et les prix fixés à l’avance avec les producteurs », comme le rappelle le journal Les Echos. Les fournisseurs verts, eux, s’en tirent à bon compte. Dans le secteur éolien, Vattenfall augmente ses bénéfices de 44%, Orsted de 33% et Iberdrola de 5%.

L’Allemagne est le symbole de cette croissance des énergies vertes. Dans ce pays, au premier trimestre 2020, 50% de la production énergétique a été issue de ressources renouvelables. Ces chiffres peuvent être trompeurs, car ils sont rendus possibles par la chute brutale de la consommation. Outre les retards de chantiers, Magnus Hall, DG de Vattenfall, craint surtout l’incertitude économique autour du secteur de l’énergie.