Gaz renouvelable : l’État prend une mesure financière pour pousser cette énergie verte

L’État a annoncé une mesure financière en faveur du gaz renouvelable, ce mardi 15 mars 2022. Dorénavant, le coût de raccordement de cette énergie renouvelable aux réseaux de gaz naturel sera pris en charge à 60 % au lieu de 40 %. Le but : faciliter le développement des installations de biométhane.

énergie renouvelable

Encourager la production du gaz renouvelable

L’État a pris une mesure financière en faveur du gaz renouvelable dans le but de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles. En effet, l’objectif est de baisser les émissions de gaz à effet de serre et de garantir l’indépendance énergétique du pays. La production du biométhane, qui est un gaz renouvelable, permet ainsi cela. Il s’agit d’« une des substitutions au gaz naturel que nous devons encourager », a déclaré le ministère de la Transition écologique dans son communiqué.

« [Cette mesure annoncée par l’État] permettra de faciliter la réalisation de ces projets […] dans un contexte où leur localisation doit parfois répondre à des règles environnementales et induire des coûts de raccordements plus élevés », a annoncé le ministère.

Afin de lutter contre le réchauffement climatique, la France s’est fixé l’objectif d’atteindre les 10 % de gaz renouvelable d’ici 2030.

Les énergies fossiles et les énergies renouvelables : quelles différences ?

Pour rappel, il existe deux types d’énergies :

  • Les énergies fossiles : charbon, pétrole, gaz… Ces énergies sont issues de roches qui se sont formées suite à la fossilisation d’espèces organiques mortes depuis des millions d’années. Ce sont les énergies les plus consommées. Elles sont utiles pour assurer les transports, le chauffage, l’électricité, etc. Toutefois, elles proviennent de ressources limitées et ne sont pas renouvelables. Elles polluent également l’atmosphère ;
  • Les énergies renouvelables : énergie hydraulique, énergie solaire, énergie éolienne… Ces types d’énergies proviennent de sources inépuisables. Elles sont aussi appelées « énergies vertes » et permettent de lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.