Biogaz et gaz vert : tout ce qu’il faut savoir

  • 1 minute pour comparer les offres du marché
  • Jusqu'à 111€ d'économies* en comparant votre offre de gaz

Il existe différents types de gaz : le butane, le propane, le gaz naturel et enfin ce que l’on appelle le « gaz vert ». Qu’est-ce qui se cache derrière cette appellation ? Comment le biogaz est-il produit ? LeLynx vous aide à mieux comprendre le sujet.

Qu’est-ce que le gaz vert ?

Le gaz vert ou biogaz est un gaz renouvelable produit à partir de matières organiques. Lors de leur décomposition, ces déchets alimentaires ou végétaux fermentent et créent ce gaz. On appelle ce processus la méthanisation.

Contrairement aux gaz fossiles, comme le gaz naturel ou les gaz de pétrole liquéfié (GPL), le gaz vert est donc renouvelable. Même s’il est davantage utilisé comme carburant qu’en tant que gaz domestique, les usages commencent à changer, notamment grâce aux politiques publiques.

Composition du biogaz

Le gaz vert est composé de 40% à 60% de biométhane. Il contient également de l’hydrogène sulfuré, composant instable pouvant rendre le biogaz toxique. Cette présence nécessite donc un travail d’épuration, afin que la composition finale du biogaz soit la plus proche possible de celle du gaz naturel.

Quelle utilisation pour le gaz vert ?

Le gaz vert est utilisé dans différents domaines. Voici certaines utilisations du biogaz en France :

  • Carburant pour les véhicules (GNV) ;
  • Usage domestique (cuisiner, se chauffer) ;
  • Production d’électricité et de chaleur (cogénération) ;
  • Recyclage du digestat (détritus utilisés dans l’agriculture).

Le procédé de méthanisation

Le gaz vert s’obtient grâce à la méthanisation, nom donné à la fermentation des matières organiques. Les déchets peuvent venir de sources diverses : restauration, agriculture, industrie agro-alimentaire… Ils sont triés puis stockés dans un méthaniseur (ou digesteur), là où ils vont fermenter. Ils sont brassés, chauffés et privés d’oxygène.

Ce processus va permettre de libérer un gaz brut. Ce gaz est épuré afin d’obtenir du biométhane, qui sera injecté dans les réseaux de gaz de GRDF. Aujourd’hui, d’autres méthodes permettent de produire du biogaz :

  • Gazéification : conversion de la biomasse lignocellulosique en gaz de synthèse puis biométhane ;
  • Transformation des microalgues.

Les avantages du biogaz

Le gaz vert est de plus en plus intéressant pour les fournisseurs de gaz, mais aussi pour le gouvernement français qui cherche des moyens d’assurer la transition énergétique. Le biogaz a une composition très proche de celle du gaz naturel, ce qui permet d’utiliser les réseaux de distribution déjà existants. Il est aussi simple à stocker, ce qui est pratique pour l’utiliser comme carburant.

Le gaz vert a aussi l’avantage de donner une seconde vie aux déchets agricoles ainsi recyclés, en plus de donner un complément de revenu aux agriculteurs. Des emplois peuvent être créés dans ce nouveau secteur. Enfin, la production de biogaz génère du digestat, qui peut servir d’engrais sur les terres agricoles. Le biométhane, en plus de ne pas polluer, crée ainsi une matière réutilisable.

Les inconvénients du biogaz

Le biogaz est encore très minoritaire en France (2% de la production) et l’utilisation des déchets encore trop faible. Dans plusieurs pays, Allemagne et Belgique par exemple, on remarque une difficulté d’approvisionnement en matières organiques. De plus, les cultures dédiées uniquement à la production de biométhane entrent en concurrence avec les terres de culture alimentaire.

Il y a aussi le cas des exploitations devant acheter à un prix faramineux les matières organiques afin de produire le biométhane, ce qui pose la question de la viabilité du secteur.

Biogaz et transition énergétique

Le gaz naturel utilisé majoritairement dans la consommation de gaz domestique est fossile et devrait s’épuiser dans un siècle. Afin d’assurer la transition énergétique, le gouvernement a pris des mesures, notamment dans la loi de 2015. La part du biogaz devrait donc augmenter afin d’assurer un objectif de 32% d’énergies renouvelables en 2030. En France, 44 sites de production de gaz vert injectaient dans le réseau national (2017).

Le but de la filière gaz vert est d’atteindre 10% de biogaz injecté dans le réseau national à horizon 2030. Les 100% de biogaz seront atteints en 2050.

Les fournisseurs de biogaz en France

Comme évoqué, le biogaz intéresse fortement les fournisseurs alternatifs. En France, ils sont encore peu nombreux à proposer des offres de gaz vert. On peut citer Total Direct Energie, et son offre de gaz garantissant 10% de biométhane origine France. Autre acteur, ekWateur a commercialisé une offre de gaz d’origine écossaise.

Engie propose aussi une offre « Mon gaz vert » avec 10% de biométhane assuré, et c’est le client qui choisit le site de production parmi trois partenaires. Enfin, Enercoop permet de signer un contrat directement avec les producteurs français, sur le modèle des offres d’électricité verte. Pour être sûr de souscrire chez le meilleur fournisseur de gaz vert, comparez les offres sur LeLynx.fr !

Cet article vous a-t-il été utile ?