Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

En 2018, la consommation de gaz a reculé de 5% en France

La consommation de gaz a reculé de 5% en France l’année dernière, selon le bilan 2018 de GRTgaz. En cause principalement, des températures plus clémentes et une utilisation moindre des centrales fonctionnant au gaz.

consommation gaz

La France a consommé moins de gaz en 2018 : c’est ce qui ressort du bilan annuel établi par GRTgaz, le gestionnaire du réseau de transport. Dans le détail, 442 TWh (térawattheures) ont été consommés l’année passée sur l’ensemble du territoire, ce qui représente une baisse de 5% par rapport à 2017.

GRTgaz évoque deux raisons principales pour justifier le recul de la consommation de gaz :

  • D’une part les températures plus élevées constatées en 2018 ;
  • D’autre part une utilisation moins importante des centrales de production électriques qui fonctionnent au gaz, compensée par une utilisation plus importante des filières nucléaires et renouvelables.

La distribution publique, destinée aux particuliers, a ainsi diminué de 2%.

Afin de faire baisser votre facture de gaz, on vous conseille de faire appel à un comparateur de gaz pour trouver le contrat de gaz le plus avantageux !

La demande en gaz progresse dans l’industrie

Un secteur a toutefois vu sa consommation d’estimation en gaz augmenter en 2018, à savoir l’industrie. Comme le rapporte GRTgaz, « la demande de gaz dans l’industrie continue de progresser pour la 5ème année consécutive », à raison de +2% en 2018 et +4,4% entre 2014 et 2018. Le gaz représente aujourd’hui 37% de la consommation d’énergie dans l’industrie.

Autre enseignement du bilan de GRTgaz : le déploiement du gaz renouvelable (biométhane) suit une « dynamique encore fragile mais bien réelle dans les territoires ». Fin 2018, on recensait 76 sites injectant du méthane dans les réseaux gaziers et 661 projets en attente. La filière attend des annonces liées à la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie) pour en savoir plus sur ses objectifs à venir.