Énergies renouvelables : attention au greenwashing !

Difficile pour les consommateurs qui souhaitent s’engager en faveur du climat de trouver une offre d’énergie vraiment verte ! Sur le marché, les offres opaques se multiplient, masquant un positionnement peu écologique sous un blason vert. Des offres qui, en d’autres termes, ont fait l’objet d’un « greenwashing ». Voici des pistes pour vous aider à différencier le vrai du faux et à faire un choix éclairé.

énergies renouvelables

Aujourd’hui, de nombreux prestataires proposent de vous fournir une électricité « verte ». Mais cette appellation regroupe en réalité des offres bien différentes !

Une offre d’électricité verte est issue d’une énergie renouvelable, c’est-à-dire d’une énergie issue de ressources naturelles au renouvellement illimité (par exemple l’énergie éolienne, hydraulique ou photovoltaïque).

Le problème, c’est que certains fournisseurs d’énergie s’autodéclarent « écologiques » sans posséder un label reconnu ou une certification contrôlée. Dès lors, la transparence diminue.

Sur leur site, vous pouvez par exemple lire que leurs offres sont « moins impactantes sur l’environnement », « plus naturelles », « plus écologiques » ou encore « plus responsables ». Mais en réalité, rien ne vous le garantit. Ces fournisseurs pratiquent probablement le greenwashing.

Le greenwashing, une tendance en plein essor

Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), le greenwashing (« éco blanchiment » en Français) consiste pour une entreprise à « utiliser l’argument écologique alors que l’intérêt du produit ou du service pour l’environnement est minime, voire inexistant ».

Ce faisant, cette entreprise diffuse un message pouvant induire le consommateur en erreur sur la qualité écologique réelle du produit et/ou du service. En d’autres termes, elle redore son blason grâce à une communication trompeuse, qui « blanchit » son image, d’où l’emploi du terme « greenwashing ».

Chez les fournisseurs d’électricité aussi, cette tendance prend de l’ampleur. Pour la contrer, le système des garanties d’origine, instauré en 2012 sur le territoire français, a posé les premiers jalons d’une tentative de certification.

Les garanties d’origine et leurs limites

En France, une offre vraiment verte doit impérativement bénéficier d’une garantie d’origine. En effet, pour pouvoir commercialiser une offre d’électricité verte, un fournisseur doit acheter des certificats à des producteurs d’énergies renouvelables, en proportion de l’électricité qu’il vend.

Qu’est-ce qu’une garantie d’origine ?
C’est un document électronique qui certifie que l’électricité consommée par le client est produite dans les mêmes quantités par des sources d’énergie verte, puis injectée dans le réseau de consommation.
Concrètement, donc, vous ne consommez donc pas directement de l’énergie verte. En revanche, vous êtes assuré que quelqu’un d’autre en bénéficiera dans les quantités que vous avez utilisées.

Cet outil, qui a le mérite d’exister, comporte néanmoins des limites. Tout d’abord, vous l’avez compris, le consommateur qui souscrit une telle offre acquiert en réalité des garanties d’origine, mais pas directement de l’électricité renouvelable.

Ensuite, le coût d’achat d’un certificat de garantie d’origine est faible. Or, financer le développement des énergies renouvelables coûte très cher. Par conséquent, le prix actuellement très bas des certificats ne permet pas vraiment de financer le développement de nouvelles installations d’énergies renouvelables.

Alors pour pallier ces lacunes, certains fournisseurs se parent aujourd’hui d’un label écologique qui répond à une charte précise, et fait l’objet d’un contrôle externe et indépendant : le label VertVolt.

Le label VertVolt de l’ADEME

Pour vous aider à choisir votre fournisseur en toute transparence, l’ADEME a lancé en 2021 un nouveau label : VertVolt. Pour y prétendre, un fournisseur d’électricité doit remplir les conditions suivantes :

Niveau 1 « engagé :

  • Acheter des garanties d’origine ;
  • Acheter l’électricité ayant permis l’émission de ces garanties d’origine à des producteurs d’énergies renouvelables en France.

Niveau 2 “très engagé” » :

  • Acheter des garanties d’origine ;
  • Acheter l’électricité ayant permis l’émission de ces garanties d’origine à des producteurs d’énergies renouvelables en France ;
  • Au moins 25 % de cette électricité renouvelable doit provenir d’installations mises en place par des collectivités territoriales avec une gouvernance partagée ou par d’autres acteurs mais sans soutien public.

Pour le consommateur, souscrire un contrat d’électricité labellisé VertVolt lui garantit que sa consommation électrique sera la plus verte possible. Seul frein potentiel : le prix. En effet, une telle offre coûte souvent plus cher que les offres classiques.