La part du nucléaire dans la production d’électricité baissée à 50% en 2035

Interrogé au micro d’Europe 1 dimanche, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé une baisse de 50% de la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2035. Aujourd’hui, cette part représente 70% de la production française.

« Nous travaillons sur l’échéance 2035 ». C’est avec ces mots que le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé dimanche au micro d’Europe 1 vouloir ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% d’ici cette date. C’était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron.

Cette annonce est l’une des premières mesures issues de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce document regroupe toute la stratégie des politiques énergétiques françaises pour les 10 prochaines années et devrait être présenté d’ici la fin du mois de novembre.

Les Français en majorité opposés à l’énergie nucléaire
Lire l'article

« On va refixer le cap »

Pour rappel, la loi de transition énergétique de 2015 avait fixé cet objectif « à l’horizon 2025 ». Nicolas Hulot, l’ancien ministre, avait alors abandonné cette idée en raison de son caractère jugé inatteignable. F. de Rugy a précisé qu’entre 2015 et 2017, « on a perdu du temps, et donc on va refixer le cap ».

La part du nucléaire représente aujourd’hui plus de 70% de la production totale d’électricité en France. Cette part est largement supérieure aux standards des autres pays européens (30% en moyenne) comme par exemple en Allemagne 12% ou au Royaume-Uni (19%). Cette situation s’explique par des politiques massives d’incitations aux énergies renouvelables.