Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr vous alerte !

Les prix subissent toujours une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous proposent les meilleures offres.

Tarifs EDF : bloqués par le gouvernement qui limite toujours la hausse des prix à 4 %

À trois mois des élections présidentielles, Bruno Le Maire a annoncé vouloir prolonger la protection du pouvoir d’achat des Français face à la crise de l’énergie. Comment ? Avec un blocage des prix de l’électricité pour EDF !

EDF prix

L’État français, qui avait déjà abaissé au maximum la taxe principale qui pèse sur la facture d’électricité, a vu que cela n’était pas suffisant pour résister à la flambée des prix de l’énergie. Contenir la hausse des prix à 4 % s’avère compliqué, d’autant plus que celle-ci risque d’atteindre les 35 % si aucune mesure n’est mise en place, a décrété le ministre de l’Économie.

Le gouvernement a ainsi décidé d’intervenir sur les tarifs pratiqués par EDF envers les fournisseurs d’électricité qui lui achètent de l’énergie. Concrètement, EDF va devoir vendre encore davantage d’électricité nucléaire à prix réduit à ses concurrents : ce volume passe de 100 à 120 TWH (térawattheures).

Ces volumes à tarif préférentiel seront donc accessibles à tout type de consommateur (particuliers, professionnels, collectivités) par le biais de leur propre fournisseur, a indiqué le ministère de la Transition écologique dans un communiqué. Le but reste bien de favoriser le porte-monnaie des Français, ou du moins d’avoir l’effet le moins néfaste possible sur celui-ci. « Les fournisseurs répercuteront intégralement l’avantage retiré au bénéfice des consommateurs. Ce point fera l’objet d’une surveillance étroite, en lien avec la Commission de régulation de l’énergie » a déclaré le ministère.

Une mesure qui coûtera 7,7 à 8,4 milliards d’euros à EDF selon le ministre de l’Économie

Il faut savoir qu’EDF vend aujourd’hui son électricité à 42 €/MWh à ses concurrents, bien que le marché exigerait que celle-ci soit vendue à 250 €/MWh en ce moment ! L’État a suggéré l’augmentation de ce tarif à 46,50 €/MWh afin d’aider EDF à relever la tête de l’eau un minimum.

Cette proposition du gouvernement intervient après une première réduction drastique de la taxe majoritaire sur l’électricité, la Taxe intérieure de l’électricité (TICFE), celle-ci étant passée de 22,50 €/MWh à seulement 0,50 €/MWh ! Il s’agit du minimum autorisé par Bruxelles. Bruno Le Maire a indiqué que cette mise en place n’était pas sans conséquence pour l’État puisqu’elle représentait une perte fiscale de 8 milliards d’euros.

Malgré son coût colossal, cette mesure devrait être avantageuse et les effets devraient s’en ressentir automatiquement sur la facture des ménages abonnés à un contrat indexé sur le tarif réglementé de vente d’électricité (TRV), d’après le gouvernement.