Tarif d’électricité : va-t-on payer plus cher l’année prochaine ?

Alors que le bouclier tarifaire est toujours en vigueur sur les prix de l’énergie, la Commission de régulation d’énergie (CRE) prévoit un rattrapage sur les tarifs de l’électricité pour l’année 2023. Cette décision va, pourtant, à l’encontre des annonces faites par le gouvernement en octobre dernier.

prix du kWh électricité


Matignon l’avait pourtant annoncé à la fin de l’année 2021 : le gel des tarifs de l’électricité et du gaz ne fera pas l’objet d’un rattrapage. C’est donc un retournement de situation qui risque de peser sur la facture d’électricité des ménages.

Face à la crise énergétique et l’augmentation fulgurante des prix de l’électricité et du gaz, le gouvernement a pris, durant l’automne dernier, la décision de geler les tarifs du gaz puis ceux de l’électricité. L’objectif de ce bouclier tarifaire était de réduire l’impact de cette flambée des prix sur le budget des familles française. En limitant le tarif de l’électricité, les ménages n’ont pas subi de plein fouet, au mois de janvier, une hausse des prix 45 %, selon les estimations de la CRE.

Pour cela, l’État et le fournisseur historique EDF ont indiqué qu’ils supporteraient le coût de cette mesure. Cependant, au vu de la situation actuelle, notamment géopolitique, il y aura finalement un rattrapage de l’ordre de 8 %, prévu pour l’année prochaine.

Pourquoi ce revirement de situation ?

Lors de la mise en place de ce bouclier tarifaire, le gouvernement avait tablé sur une diminution des prix de l’énergie en 2022, en particulier avec l’arrivée du printemps, ainsi qu’une forte reprise économique. Malheureusement, le conflit en Ukraine a tout remis en cause. Les tarifs de l’électricité et du gaz continuent de flamber ainsi que ceux d’autres matières premières.

Toutefois, ce rattrapage de 8 % impliquera, à coup sûr, une augmentation de la facture d’électricité pour plusieurs milliers de ménages. Pour éviter une nouvelle flambée du budget énergie des foyers français, le gouvernement prévoit un rattrapage sur deux ans.