TotalEnergies : changer de nom pour devenir responsable ?

Le journal Libération du 28 mai accorde un grand dossier sur le changement de nom de Total, qui deviendra sûrement TotalEnergies si le vote des actionnaires le confirme, ce vendredi.

energie fossile

Total, entreprise aux 200 milliards de chiffre d’affaires, tient ce vendredi 28 mai son assemblée générale. Le leader du pétrole et du gaz naturel veut désormais crier haut et fort qu’il investit dans les énergies renouvelables, notamment dans le but de convaincre de nouveaux investisseurs. Le développement de son activité en éolien et photovoltaïque est là pour le prouver.

Mais derrière ce changement de nom, que se cache-t-il ? Beaucoup d’observateurs se montrent pessimistes, à l’instar de Jérôme Leffiliâtre (Libération) : « La compagnie pétrolière ira au train qui servira le plus ses intérêts, susceptibles de changer en fonction des décisions publiques ». Le journaliste rappelle que Total continue d’investir des sommes astronomiques pour les énergies fossiles, comme en Ouganda, en Arctique ou pour son projet gazier en Papouasie.

Energies fossiles : les banques investissent toujours plus
Lire l'article

L’impératif arrêt des nouveaux projets pétroliers

Dépenser davantage dans le renouvelable et continuer à produire du fossile, telle semble la devise du PDG de Total, Patrick Pouyanné. « Le groupe affirme sa volonté de se transformer en une compagnie multi-énergies pour répondre au double défi de la transition énergétique : plus d’énergie, moins d’émissions ». En 2021, le groupe augmentera ses investissements dans les énergies vertes de 20%.

Or, pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il paraît bien utopique de développer en parallèle des projets pétroliers et gaziers. L’Agence internationale de l’énergie a même rappelé à l’ordre les supermajors en leur demandant de renoncer à tout projet fossile et se fixer des objectifs dès 2030. D’où les attentes qui planent autour de cette assemblée générale, où Total devrait dévoiler une feuille de route plus ambitieuse. Rappelons qu’en 2020, onze actionnaires avaient demandé une résolution climatique, qui avait finalement été rejetée par la direction.