GreenYellow : la filiale énergie renouvelable du groupe Casino cédée à Ardian

Dans un contexte de crise de l’énergie qui s’étend depuis près d’un an maintenant, Casino a décidé de vendre sa filiale GreenYellow qui a, pendant un temps, été fournisseur d’énergie renouvelable.

GreenYellow filiale énergie renouvelable groupe Casino cédée Ardian


C’est Ardian, société regroupant plus de 1 000 investisseurs, anciennement rattachée à AXA, qui a mis la main sur GreenYellow, filiale de Casino spécialisée dans l’efficacité énergétique. Pour rappel, cette dernière s’est rapidement faite une place dans le secteur de l’énergie grâce de grands projets liés aux énergies renouvelables. Rappelons qu’elle a :

  • Participé à la construction de l’une des plus grandes centrales en autoconsommation électrique en Bulgarie pour le compte de Solvay Energy Services ;
  • Étendu la centrale d’Ambatolampy (Madagascar) qui est aujourd’hui d’une puissance de 40 MW ;
  • Signé un partenariat stratégique avec Schneider Electric pour développer d’importants programmes d’efficacité énergétique pour le compte d’importantes entreprises internationales ;
  • Conclu un Corporate Power Purchase Agreement (CPPA) avec Amazon via sa filiale AWS (Amazon Web Services), l’un des plus grands acheteurs privés d’énergie verte dans le monde.
[encadre]Qu’est-ce qu’un CPPA ? Un Corporate Power Purchase Agreement (ou contrat d’achat direct d’électricité renouvelable) est, comme son nom le suggère, un accord passé entre un producteur et un client final, concluant une vente d’énergie renouvelable. Certains fournisseurs d’électricité tels qu’Engie ou TotalEnergies multiplient ces contrats ces dernières années avec de grands groupes comme Amazon, Orange ou encore Air Liquide.[/encadre]

GreenYellow vendue pour 1,4 milliard d’euros

Le géant de la grande distribution Casino a vendu la filiale « pour une valeur d’entreprise de 1,4 milliard d’euros », a-t-on appris dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette vente, prévue pour la fin de l’année, permettra à Casino d’éponger quelque peu sa dette globale de 7,5 milliards d’euros (dont 5 milliards en France) et donc d’alléger celles de ses multiples sociétés.

Autre bonne nouvelle : la saison estivale favorise le retour de nombreux touristes en France, lesquels fréquentent plus qu’à l’accoutumée les supermarchés Franprix et Monoprix, appartenant tous deux à Casino.

Malgré tout, le temps presse pour le mastodonte du secteur. Il devra encore vendre pour près de 500 millions d’euros d’actifs d’ici fin 2023 au plus tard. Le groupe a par ailleurs fait savoir que son résultat net est en recul en raison de « coûts de restructuration » en France et en Amérique latine.