Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

Augmentation du prix de l’électricité : l’ « indemnité inflation » de 100 € validée par le Parlement

Alors que le doute planait à son sujet ces derniers jours, l’« indemnité inflation » de 100 euros sera bel et bien versée. C’est à l’issue d’un dernier vote de l’Assemblée que le Parlement a approuvé son versement mercredi soir. Tous les Français dont la rémunération est inférieure à 2 000 euros net par mois pourront bénéficier de cette aide exceptionnelle pour répondre à la l’augmentation du prix de l’énergie.

Augmentation prix électricité indemnité inflation 100 € validée Parlement

Une aide « simple, rapide et efficace » pour faire face à l’augmentation du prix de l’électricité

Ce sont près de 38 millions de Français qui recevront, de leur employeur, une aide financière de 100 euros dès la fin du mois de décembre. Les indépendants, chômeurs, étudiants et retraités devront quant à eux patienter jusqu’à début 2022 pour la recevoir. Pourtant, ce versement est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique, à droite comme à gauche.

Adoptée à 39 voix contre 12, la mesure, qui s’inscrira dans le second projet de loi de finances 2022, avait été rejetée par le Sénat qui préconisait une aide permettant de « mieux cibler » les Français en ayant le plus besoin. La chambre haute a notamment évoqué une majoration exceptionnelle de 150 euros de la prime d’activité et une allocation de la même somme pour les bénéficiaires de prestations sociales.

Mais c’est bien l’aide de 100 euros qui a définitivement été retenue, décrite par Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée chargée de l’Industrie, comme « une mesure simple, rapide, efficace » pour contrer l’augmentation des prix de l’électricité, du gaz et des carburants.

L’opposition dénonce l’« injustice » de cette aide

Mais tous ne sont pas de cet avis-là. La députée LFI (La France Insoumise) Mathilde Panot a évoqué un « carnet de chèques en bois » sorti par Emmanuel Macron, qui chercherait « à se départir de l’étiquette de président des riches ». Du côté des Républicains, cette mesure est justifiée par « le temps de la campagne », dixit Marie-Christine Dalloz, conseillère départementale du Jura, pour qui l’exécutif veut « éviter une reprise de la contestation », faisant référence à la crise des Gilets jaunes.

Les avis sur la question semblent donc concorder et c’est le terme d’« injustice » qui résume l’accueil très mitigé de cette aide qui ne prendrait pas en compte le revenu du ménage mais bien celui d’un Français. Certains ont pris en exemple un parent élevant seul son enfant, percevant plus de 2 000 euros, en comparaison à un autre gagnant moins de 2 000 euros et dont le conjoint est également éligible à cette aide exceptionnelle.