Factures d’électricité : les Français se privent de chauffage pour limiter les dégâts

Les Français sont très inquiets de la flambée des prix de l’énergie. Si le Gouvernement vient d’annoncer un gel des tarifs généralisé, cette mesure arrive trop tard pour bon nombre de consommateurs. Comme le révèle le Médiateur national de l’énergie, cette année, pas loin de 2 Français sur 3 ont limité leur consommation de chauffage pour ne pas subir de trop grosses factures d’énergie. C’est plus qu’en 2020.

budget chauffage facture electricité

Le Médiateur national de l’énergie vient de publier son rapport 2021, et il a de quoi inquiéter. Pendant l’hiver 2020-2021, particulièrement rude, la consommation de chauffage s’est accentuée. Le télétravail, retenant les salariés à la maison, a par ailleurs contribué à l’augmentation de la consommation d’électricité et de gaz. 

Cette forte hausse de la demande s’est accompagnée d’une flambée des prix de l’électricité et du gaz qui a fortement fragilisé le budget des Français. Les conséquences sont révélatrices :

  • 88% des consommateurs consultent leurs factures d’énergie de manière régulière ;
  • 1 Français sur 4 est particulièrement préoccupé par ses dépenses énergétiques, et estime que cette dépense pèse lourd sur le budget.

Les prix flambent, les ménages grelottent

Plus inquiétant encore, le rapport révèle que 60% des ménages ont limité leur usage des installations de chauffage, de peur de voir leur facture d’électricité et de gaz exploser. On le voit, les dépenses énergétiques sont plus que jamais au cœur des préoccupations des Français. En dépit de toutes ces précautions, le constat reste amer : 25% d’entre eux ont tout de même eu du mal à régler leurs factures.

Parmi les foyers les plus précaires, 1 sur 5 révèle même avoir eu froid pendant au moins 24 heures en 2021. La faute, sans doute, à la précarité énergétique qui continue de grandir en France : l’usage limité des appareils électriques, combiné à des conditions climatiques particulièrement froides et à des défauts d’isolation, ont créé une combinaison perdante.

Maigre consolation, la hausse des tarifs d’énergie constatée en octobre devrait être la dernière de l’année. En effet, le Gouvernement a promis un répit de quelques mois, le temps que les prix du gaz et de l’électricité repartent à la baisse.