Le compteur Linky est-il dangereux ?

  • 1 minute pour comparer les offres du marché
  • Jusqu'à 174€ d'économies* pour un contrat d'électricité

Alors que le compteur Linky est déployé dans les foyers français depuis 2015, de nombreuses critiques issues d’associations se sont abattues sur ce nouveau compteur électrique. Ondes électromagnétiques cancérigènes ? Risques d’incendie ? Fuite de données personnelles ? Voici tout ce que vous devez savoir sur les éventuels dangers liés au compteur Linky.

Polémique sur la dangerosité des compteurs Linky

Depuis le début de son installation dans les foyers français en 2015, le compteur Linky est victime de nombreuses critiques. Sont mis en cause d’éventuels facteurs dangereux pour la santé, les habitations ou encore la vie privée. Face à eux, le gestionnaire de réseau Enedis est resté ferme et a rappelé sur son site que « le compteur communicant ne représente aucun danger, ni pour la santé, ni pour l’environnement ».

Le danger d’intrusion dans la vie privée

Sécurité et transfert de données par le compteur Linky

Qui dit compteur communicant, dit transfert de données. En effet, Linky collecte des données en électricité pour les transmettre aux différents acteurs de l’énergie. L’objectif est de mieux comprendre les habitudes de consommation des Français d’une part mais aussi leur faire réaliser des économies en suivant davantage leur consommation.

Pour autant, cette collecte suppose un nombre important de données personnelles à disposition. Une source d’inquiétude pour de nombreux usagers sur la protection de ces données et donc le respect de leur vie privée. D’autant plus si ces informations sont possiblement « hackées » ou récupérées par des entreprises, l’Etat…

Astuce Malynx !

Réalisez des économies en faisant appel à un comparateur d’électricité et ainsi souscrivez au contrat d’électricité le moins cher !

Les données Linky sélectionnées et protégées avec l’accord de la Cnil

C’est donc la raison pour laquelle Enedis a travaillé avec la Cnil afin de mettre en place des actions de prévention contre ces possibles dérives. Par exemple, même si Linky est capable de calculer la consommation de chaque appareil électrique, les données ne sont transmises à aucun destinataire.

D’autres mesures ont été mises en place pour assurer la sécurité des données :

  • Les données enregistrées ne peuvent être transmises que si les personnes donnent leur accord ;
  • La mémoire des compteurs Linky a été réduite à un an ;
  • la possibilité d’arrêter de transmission des données a été installée sur l’espace en ligne Enedis pour gérer votre compteur électrique ;
  • Les données collectées sont chiffrées avant la transmission pour éviter les risques d’interception frauduleuse des informations ;
  • Un système d’arrêt de transmission des données en cas d’anomalie lors de l’opération est possible.

Le danger des ondes électromagnétiques de Linky

Les ondes cancérogènes possibles du compteur Linky

C’est le premier problème soulevé par le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM) et l’association Robin des Toits. Ainsi, le compteur Linky provoquerait des ondes électromagnétiques dangereuses pour la santé.

Ces ondes proviendraient de la technologie CPL (Courant porteur en ligne) qui permet d’envoyer les données du compteur en connectant ce dernier à Internet grâce à des fils électriques. Le problème serait ici que les radiofréquences émises sont classées dans la catégorie « cancérigène possible » par le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC) et l’OMS.

Des ondes inférieures aux réglementations en vigueur

Pourtant, la technologie CPL est déjà largement utilisée aujourd’hui pour les téléphones portables et la wi-fi de manière quotidienne. De son côté, un rapport de 2016 de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) affirme que l’exposition aux ondes avec le compteur Linky est faible.

Ainsi, chez les particuliers, le rapport explique que le champ électromagnétique maximal varie entre 0,25 volt/mètre et 1 volt/mètre à 20 cm du compteur. Ces chiffres sont donc entre 80 et 350 fois en-dessous de la réglementation en vigueur qui est de 87 volts/mètre selon l’OMS. Le rapport explique d’ailleurs que plus on s’éloigne du compteur, plus l’exposition aux ondes diminue.

Manque d’études indépendantes sur les dangers du compteur Linky

Quand on souhaite se forger un avis éclairé sur la dangerosité éventuelle des compteurs Linky, le principal problème est le manque d’informations sourcées. En effet, il n’existe presque aucune étude indépendante et sérieuse sur le sujet, si ce n’est celle réalisée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, l’environnement et le travail (Anses). Cette agence a présenté son premier rapport en décembre 2016 avant de l’actualiser en juin 2017 avec les données du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB).

Le rapport de l’Anses conclut à ce sujet que « les niveaux d’exposition induits par les compteurs communicants sont très faibles ». Toutefois, les auteurs de cette étude explique qu’il est important de suivre dans la durée l’évolution de l’exposition des Français à ces ondes électromagnétiques, un critère souvent négligé dans les évaluations de dangerosité.

Le compteur Linky, l’ennemi de la domotique ?

Le danger de perturbation des appareils domotiques

La technologie CPL provoquerait également des ondes électromagnétiques qui viendraient faire des interférences avec certains appareils connectés. De son côté, Enedis n’a pas observé d’impact direct des compteurs Linky sur les objets connectés lors de la période d’expérimentation.

Plusieurs opposants à Linky affirment que les ondes émises par le compteur Linky peuvent provoquer le dysfonctionnement d’appareils domotiques tels que les volants roulants, le thermostat d’intérieur ou les systèmes d’arrosage automatique. Même si aucune étude sérieuse n’a pu confirmer cela, Enedis a tout de même reconnu des problèmes concernant des lampes de chevet tactiles qui s’allumaient ou s’éteignaient sans action du propriétaire.

Un problème de fréquence au-delà de 50Hz

Des tests en laboratoire ont été effectués par l’entreprise pour déterminer les causes. Il en ressort que les modèles incriminés de lampe étaient importés hors Union européenne et ne respectaient pas les standards électriques de la France. Plus précisément, elles étaient conçues pour fonctionner à une fréquence supérieure à 50Hz, qui se rapproche donc fortement de celle utilisée par les compteurs Linky.

Enedis a donc conclu que la seule raison qui explique qu’un appareil domotique est perturbé par les ondes électromagnétiques du compteur est que l’appareil en question est de mauvaise qualité et fonctionne au-delà des 50Hz. Pour les anti-Linky, c’est plutôt la preuve que le projet de compteur intelligent n’est pas parfait et n’a pas été assez préparé pour faciliter la vie des ménages.

Un danger d’incendie dû aux compteurs Linky ?

Témoignages de départs de feu causés par Linky

L’association Next-up joue de son côté sur un éventuel risque d’incendies dû à ces nouveaux compteurs électriques. Elle s’appuie sur de nombreux témoignages de personnes ayant subi des départs de feu provoqués par Linky.

Lors de la phase de test de ces compteurs, sur 300 000 Linky, 8 d’entre eux ont été la cause d’incendies.

Des incendies d’origine externes

Pour autant, Enedis se veut rassurant et donne 2 explications à ces incendies :

  • Ces incendies sont dus à une mauvaise installation du circuit électrique. Une amélioration de la formation donnée aux techniciens Enedis a donc été mise en place, afin de pallier ce problème lors de l’installation du compteur électrique ;
  • Ces incendies d’origine électrique sont courants (50 000 par an) notamment en hiver où le chauffage électrique peut surchauffer les câbles ou les appareils.

« On ne constate aucune hausse des cas depuis le déploiement de Linky. Nous n’avons connaissance d’aucun départ de feu lié au compteur Linky, ni d’aucun problème d’installation », assure Enedis.

Comment éviter le risque d’incendie du compteur Linky ?

Les 4 engagements d’Enedis sur la sécurité incendie

Les incendies pouvant être liés à un mauvais serrage mécanique du compteur par l’installateur, Enedis a communiqué sur le sujet afin d’éviter tout danger. Voici les mesures qui ont été prises par le gestionnaire du réseau :

  • Tous les prestataires en charge de la pose des compteurs Linky recevront un mode opératoire très précis et les techniciens qui interviendront seront tenus de le respecter ;
  • En cas de non-respect de ce document, des fortes pénalités sont prévues ;
  • Des contrôles aléatoires de qualité seront réalisés sur les compteurs Linky installés par les sous-traitants ;
  • Le compteur comporte des retardateurs de flamme donnant des signes avant-coureurs en cas de dysfonctionnement (vibration, coupure de courant, bruit…) bien avant le départ de flamme.

Enedis rappelle que le taux d’incendie provoqué par le compteur Linky n’est pas supérieur à celui des compteurs ancienne génération, électromécanique et électriques. Sur ces derniers, en effet, le serrage mécanique était déjà nécessaire.

Les réserves émises par les anti-Linky

Les différents groupes anti-Linky qui pointent du doigt le danger d’incendie ne sont pas tous convaincus par les arguments d’Enedis. Selon eux, le calendrier de déploiement, relativement rapide, ne permet pas de garantir une formation satisfaisante aux installateurs ainsi qu’une pose de qualité des appareils.

Enedis a également avancé un autre argument : « L’installation du nouveau compteur Linky permet en réalité de diminuer le risque d’incendie. En effet, c’est l’occasion de vérifier l’état du branchement et d’améliorer ainsi la sécurité globale de l’installation ».

Selon l’UFC-Que Choisir, le risque d’incendie est « rare mais réel, avec huit cas recensés pour 300 000 compteurs installés (…) C’est trop, d’autant que Linky ne présente aucun intérêt pour les consommateurs ».

Y a-t-il une caméra dans les compteurs Linky ?

Autre danger, autre rumeur : certains prétendent que les compteurs Linky contiendraient une caméra de surveillance. Ceci est, pour le coup, absolument faux. Les articles ou vidéos qui prétendent cela sur internet citent même des fausses déclarations du gouvernement ou de lanceurs d’alerte, qu’ils n’ont pas tenu, pour convaincre qu’ils ont raison.

La rumeur repose en fait sur la présence d’un cache que l’on peut voir sur le compteur, censé masquer une caméra. Ce n’est pas une caméra, même si cela pourrait en avoir l’apparence, mais une diode. Celle-ci permet de s’assurer que le comptage fonctionne bien. La diode existait d’ailleurs sur les anciens compteurs électriques…

Conclusions sur les dangers attribués au compteur Linky

Les principaux groupes opposés à l’installation des compteurs Linky sont Robin des Toits ou encore Next-Up, mais le mouvement anti-Linky est plus général parmi les consommateurs eux-mêmes, habitués à devoir être méfiants quant aux nouveautés technologiques. Alors, le compteur Linky est-il dangereux ? Voici les principaux points retenus :

  • Le danger des ondes électromagnétiques supposées cancérogènes (manque d’études) ;
  • Le danger des données personnelles : sécurité et vie privée (inexistant si les mesures de la CNIL sont respectées) ;
  • Le danger des risques incendie (réel mais rare) ;
  • Le danger de perturbation des appareils domotiques (inexistant, sauf pour les appareils importés qui ne sont pas sur une fréquence de 50Hz) ;
  • Le danger d’une caméra implantée dans le compteur (rumeur farfelue).

La conclusion de tout cela est que le compteur Linky présente finalement quelques défauts avérés (incendie essentiellement), mais la plupart des critiques ne sont pas fondées. Le seul – et principal point – néanmoins, concerne la santé. Sur ce sujet, aucune étude ne peut infirmer ou confirmer les déclarations rassurantes d’Enedis. Il faudra donc suivre de près les prochaines expériences menées.

Cet article vous a-t-il été utile ?