5 bonnes raisons de changer de fournisseur d’électricité

Alors que 19% des Français ont déjà pris la décision de changer de fournisseur d’électricité, la motivation principale est des prix plus bas. Pour autant, les offres vertes rencontrent aujourd’hui un succès croissant, symbole d’un engouement pour les énergies renouvelables.

chauffage

1. Faire des économies

Faire des économies demeure la motivation principale pour les consommateurs. Ainsi, selon une étude CSA pour EY, le prix est le critère numéro un lors du changement de fournisseur d’électricité dans 60% des cas. Ce sentiment est d’autant plus fort (74% des sondés) chez les personnes qui souhaitent changer au cours de l’année 2018.

Vous souhaitez changer de fournisseur ? Faites appel à un comparateur d’électricité, c’est gratuit !

2. Changer d’offre pour une offre gaz + électricité

Le deuxième critère avancé était auparavant la possibilité de souscrire une offre duale (gaz + électricité) pour 20% des sondés.

3. Profiter d’une offre d’électricité verte

Mais aujourd’hui les consommateurs s’orientent davantage vers l’électricité verte. 29% de ceux qui souhaitent changer dans l’année vont choisir un fournisseur proposant de type d’énergie contre 15% pour ceux ayant déjà changé.

4. Changer de fournisseur pour une offre plus innovante

Parallèlement, l’innovation joue également un rôle dans le changement de fournisseur d’énergie. Les offres plus innovantes (suivi de consommation, domotique…) représentent un intérêt accru pour 9% des personnes intentionnistes en 2018. Celles 100% en ligne ne séduisent plus autant les consommateurs (2% aujourd’hui contre 10% auparavant) puisqu’elles se sont généralisées depuis.

5. Bénéficier d’un service client plus qualitatif

Enfin, la qualité du service client permet de fidéliser les consommateurs. Pour ceux ayant déjà changé, ils seraient prêts à de nouveau « switcher » de fournisseur d’électricité pour un meilleur service client (16% des sondés). Cette vision est moins partagée par ceux qui n’ont pas encore changé mais souhaitent le faire en 2018 (9%).