Prix de l’électricité : une demande d’Arenh record pour 2022

Encore une preuve que la crise actuelle de l’énergie que nous traversons est inédite et coûteuse pour tous les acteurs du secteur : la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé que la demande d’électricité nucléaire s’inscrivant dans le mécanisme régulé de l’Arenh a atteint un record de 160,3 TWh. De quoi entrevoir un espoir d’une baisse des prix de l’électricité dans les prochains mois ?

Prix électricité demande arenh record 2022

La CRE en faveur d’une hausse de l’Arenh pour faire baisser les prix de l’électricité

Pour rappel, l’Arenh (ou Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) permet aux fournisseurs d’électricité alternatifs (TotalEnergies, Eni, Mint Energie…) d’acquérir 100 TWh électricité nucléaire produite par EDF au prix de 42 euros le MWh. Il s’agit d’une électricité pouvant être considérée comme « bon marché », permettant ainsi d’assurer une certaine concurrence et que chaque fournisseur puisse obtenir des parts de marché. 

Ce prix est d’autant plus intéressant dans le contexte actuel où le prix de l’électricité sur les marchés de gros était compris entre 200 et 300 euros il y a encore quelques jours ! 

La CRE indique que « les [81] fournisseurs ont justifié leur demande auprès de la CRE qui a procédé à la répartition du volume » et qu’elle a validé un volume de 160,33 TWh, soit un taux d’attribution de 62,37 %. Ce volume est supérieur à celui de l’année passée, à savoir 146,2 TWh, « ce qui est un signe de confiance dans la robustesse de notre système », a commenté la CRE.

Autorité garante de l’équilibre et du bon fonctionnement des marchés français de l’énergie, la Commission de régulation de l’énergie a également regretté « que même dans ces circonstances exceptionnelles il n’ait pas été décidé de relever le plafond de l’ARENH, inadapté à la situation actuelle sur le marché [de l’énergie] français ». Elle a ajouté qu’elle « apportera son expertise technique pour tenir l’engagement du gouvernement de limiter la hausse des [tarifs réglementés de l’électricité (TRVE)] à 4% en 2022 ».

Plafond de l’Arenh : pas de nouveaux projets en cas de statu quo pour EDF

EDF a fait savoir de son côté qu’il était prêt à répondre aux nouveaux défis portant sur le nucléaire, notamment la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en France annoncée par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée du 9 novembre dernier. Le producteur et fournisseur historique y est favorable… sous couvert d’une révision du plafond du prix de l’Arenh. Récemment, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a rappelé les nombreux investissements du groupe au profit des énergies renouvelables et a exprimé son incertitude à mener à bien certains projets : 

« Cela ne pourra pas se faire si nous n’avons pas le cadre de travail, de régulation et de financement », précisant qu’EDF était déjà « très endetté ». Faisant l’objet d’interminables débats entre l’État et la Commission européenne, les discussions à ce sujet devraient reprendre après l’élection présidentielle de 2022.