Crise du marché de l'énergie : LeLynx.fr dit STOP !

Les prix subissent une hausse exceptionnelle.
Nos experts décryptent le marché et vous donnent des astuces pour faire face à la crise.

Coupure de courant : EDF y met fin définitivement

En pleine flambée de l’énergie, le fournisseur historique EDF annonce la fin des coupures de courant pour faute d’impayé, et ce, même en dehors de la période de trêve hivernale. Un véritable soulagement pour de nombreux Français en difficultés financières.

coupure electricite


La coupure d’électricité : c’est la hantise de milliers de consommateurs n’ayant pas réglé leur facture d’électricité dans les délais impartis, ou bien depuis plusieurs mois. Alors que le marché de l’énergie est en pleine crise et que plusieurs foyers se remettent difficilement de la crise sanitaire et économique, EDF met fin aux coupures de courant pour facture impayée, au-delà de la trêve hivernale.

À la place, EDF réduira la puissance de votre compteur électrique dans le cas d’un impayé. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? « Il sera désormais systématiquement appliqué une limitation de puissance minimale garantie à 1 kilovoltampère (kVA) tout au long de l’année », explique Marc Benayoun, directeur du pôle Clients, services et territoires du groupe EDF.

Par exemple, si vous possédez un abonnement de 9 kVA (kilovoltampère) et cumulé des factures impayées, la puissance de votre compteur sera diminuée à 3, voire 1 kVA. Cela veut dire que vous ne pourrez plus utiliser l’ensemble de vos appareils électriques comme vous le faites d’habitude. Avec une puissance de 3 ou 1 kVA, il sera possible de recourir aux appareillages essentiels, comme l’éclairage, un petit réfrigérateur, une machine à laver ou le chargeur d’un smatphone.

À quand la fin définitive des coupures de courant  ?

En tant que principal fournisseur d’électricité en France, EDF ouvre peut-être la voie à la fin d’une pratique plus que révolue. Depuis 2008, il est impossible pour un fournisseur d’énergie de couper l’électricité et le gaz durant 5 mois de l’année, autrement dit durant la trêve hivernale en vigueur de 1er novembre au 31 mars.

De nombreuses associations demandent depuis plusieurs années la fin de cette pratique, à l’image de l’interdiction de coupure d’eau, inscrite dans la loi depuis 2013. Si la décision d’EDF a été, notamment, motivée par les conséquences de la crise sanitaire, elle fait également échos aux plus de 5 millions de ménages français en précarité énergétique.

Rappelons qu’en vertu de l’article L.121-1 du code de l’énergie, l’électricité est définie comme un « produit de première nécessité  », tout comme l’eau ou l’accès à un logement.

Comme le révélait en octobre dernier, le Médiateur national de l’énergie dans son rapport 2021, 2 Français sur 3 ont réduit leur consommation de chauffage pour limiter leurs factures d’énergie. C’est en ce sens que lors d’une audition à la commission des affaires économiques de l’Assemblée générale, Olivier Challan Belval, médiateur national de l’énergie, s’est dit favorable à la mise en œuvre d’un « un droit à une alimentation minimale en électricité » pour les foyers les plus précaires.