En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

EDF s’engage à ne pas couper l’électricité et le gaz des clients en difficulté jusqu’en septembre

Le groupe EDF a pris des mesures pour soutenir les Français durant la crise sanitaire. Il n’y aura notamment pas de réduction ou d’interruption de fourniture d’énergie pour les particuliers jusqu’en septembre.

regularisation

Une nouvelle mesure en faveur des ménages modestes. Jeudi 16 avril, EDF a annoncé que jusqu’au 1er septembre 2020, elle ne procéderait à aucune réduction ou interruption de fourniture d’électricité ou de gaz pour les particuliers qui auraient des difficultés à payer leurs factures. De même, l’entreprise n’appliquera pas de pénalités de retard et pourra « assouplir ses modalités et échéanciers de paiement ».

EDF va ainsi plus loin que les mesures déjà prises par l’Etat. En effet, dès le début du confinement, les Pouvoirs Publics avaient prolongé la trêve hivernale du 31 mars au 31 mai. Pour rappel, le groupe Engie a aussi fait un geste en cette période difficile. Il a annoncé le remboursement de deux mois d’abonnement (avril et mai) à ses clients modestes.

Engie va rembourser deux mois d’abonnement d’électricité et de gaz aux foyers modestes
Lire l'article

Soutien aux professionnels

EDF s’est aussi engagée pour soutenir les professionnels. Les entreprises éligibles au Fonds de Solidarité peuvent obtenir sur demande un report de paiement de leurs factures, et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. « Ce report sera échelonné sur une durée de 6 mois à compter du dernier jour du mois suivant la date de fin de l’état d’urgence sanitaire », explique EDF.

Le fournisseur a rappelé sa mobilisation durant cette période. Actuellement, près de 3 000 de ses conseillers continuent d’accompagner les clients et 200 conseillers solidarité « sont également mobilisés aux côtés des travailleurs sociaux pour trouver des solutions adaptées aux clients en situation de précarité ».