En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les 2/3 des Français connaissent mal le principe des prix de l’énergie

Les facteurs qui entraînent des hausses ou baisses des prix de l’électricité et du gaz sont encore mal connus. D’après un sondage récent, 2/3 des Français les imputent aux taxes et aux facteurs géopolitiques.

hausse tarifs

Le mécanisme des prix de l’énergie est encore obscur pour les Français. D’après un sondage Odoxa « Les Français face au prix de l’énergie domestique » réalisé pour Eni, les 2/3 des sondés (67%) connaissent mal les facteurs qui entrainent des hausses et baisses des prix de l’électricité et du gaz.

En effet, pour une majorité de Français, les hausses sont principalement dues à l’augmentation des taxes (60%). Sont ensuite évoqués les facteurs géopolitiques (33%) et l’augmentation des coûts de production de l’électricité et du gaz (31%).

L’attitude des Français en cas de hausse

Le sondage révèle également comment les Français réagissent en cas de hausse des prix de l’énergie. 4 personnes sur 10 (43%) font des économies sur d’autres postes de dépenses, en sacrifiant notamment les loisirs (76%). Autres réactions des Français : réduire la consommation de chauffage ou d’eau chaude (67%) et réfléchir à changer de fournisseur (49%).

Enfin, le sondage a interrogé les Français « sur des solutions qui leur permettraient de faire baisser leur facture d’énergie ». 6 personnes interrogées sur 10 (58%) estiment qu’elles pourraient faire plus d’efforts pour réduire leurs dépenses. Parmi les autres pistes les plus plébiscitées :

  • La facturation mensuelle basée sur la consommation réelle (78%) ;
  • Le contrat à prix fixe pendant plusieurs années (73%) ;
  • Le calcul des taxes sur l’énergie en fonction du revenu du ménage (56%).