En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Bien gérer l’électricité dans votre logement

Jacques-Olivier Busi - mis à jour le

En plus de surveiller votre consommation et votre facture, d’autres questions sur l’électricité peuvent se poser quant à son utilisation au quotidien. Des imprévus ou des situations complexes peuvent en effet arriver du jour au lendemain. Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques éléments de réponse.

Que faire en cas de problème électrique chez vous ?

Du fait de votre utilisation ou de vos équipements, il est possible que quelques petits soucis surviennent sur votre installation électrique. C’est la raison pour laquelle avant toute chose, il est important de vérifier la sécurité de votre installation électrique dans votre logement. Selon l’Observatoire de la sécurité électrique (ONSE), 500 000 incendies par an sont déclenchés à cause ce phénomène.

En cas de coupure, que dois-je faire ?

Dans un premier temps, vous devez déterminer si la coupure d’électricité vient de chez vous ou si elle est issue du réseau. Si elle vient de chez vous, tentez de remettre en marche votre disjoncteur et si ce n’est pas le cas, il s’agit d’une panne qui nécessite l’intervention d’un professionnel. S’il s’agit d’une panne de réseau, malheureusement, vous ne pouvez rien faire, juste allumer des bougies et attendre l’intervention du gestionnaire Enedis.

D’autres cas de figure sont possibles :

  • Vous n’avez pas encore souscrit un contrat d’électricité auprès d’un fournisseur ;
  • Vous n’avez pas payé vos factures et votre fournisseur a demandé la résiliation de votre contrat et la coupure de la fourniture ;
  • Vous avez une panne de raccordement qui nécessite l’intervention d’Enedis.

Sachez qu’au moment de la trêve hivernale (du 1er novembre au 31 mars), les coupures d’électricité en cas de factures impayées sont interdites par la loi !

Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

Tout simplement, vous pouvez devenir producteur de l’énergie que vous allez consommer, directement dans votre logement. La consommation de cette énergie peut être totale ou partielle, sachant que l’excédent produit est revendu et réinjecté sur le réseau. Ainsi, fin 2017, près de 20 000 foyers français avaient déjà tenté l’expérience.

La plupart du temps, cette autoconsommation dite individuelle passe par l’installation de panneaux photovoltaïques sur le toit de votre logement afin de produire de l’électricité grâce à l’énergie solaire. Cette production représente environ 20% des besoins en électricité de votre logement, le reste étant assuré par votre fournisseur d’énergie.

Logement : les cas particuliers

Si vous n’êtes pas propriétaires de votre maison individuelle, il se peut que certaines questions ne trouvent pas de réponses du fait de votre situation particulière. Mais pas de panique, tout problème a sa solution.

Résidence secondaire : contrat or not contrat ?

Avec un peu plus de 3 millions de résidences secondaires en France, la question du contrat de fourniture d’électricité peut se poser alors que vous n’y vivez pas toute l’année. Sachez que les contrats pour une résidence secondaire sont exactement les mêmes que pour une résidence principale.

Bien évidemment, du fait que votre absence pendant une grande partie de l’année, l’électricité vous coûtera bien moins chère, sachant que la facture dépend de votre consommation. Cependant, le montant de l’abonnement sera fixe peu importe votre présence ou non dans le logement.

Astuce Malynx !

Réduisez la puissance du compteur de votre résidence secondaire, le prix de l’abonnement sera donc plus bas, même si le changement sera à vos frais !

Qui souscrit le contrat d’électricité en colocation ?

Dans le cas d’une colocation, vous avez la possibilité d’opter entre deux options :

  • Soit un seul colocataire souscrit un contrat auprès du fournisseur d’électricité et il devra donc régler la facture, les autres colocataires le remboursant par la suite ;
  • Soit les colocataires souscrivent un contrat tous ensemble, ils sont alors cotitulaires et doivent régler chacun leur part de la facture.

Pour une colocation, les démarches sont exactement les mêmes que pour un contrat classique !

Cet article vous a-t-il été utile ?