En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Energie : hausse inquiétante des factures impayées en 2019

En 2019, les factures d’énergie impayées ont bondi de +17%. La crise sanitaire actuelle ne devrait pas arranger la situation et le médiateur national redoute une montée de la précarité énergétique.

regularisation

Des chiffres inquiétants. Comme l’a rapporté le médiateur national de l’énergie dans un communiqué du 3 juin, les interventions pour factures d’électricité ou de gaz impayées ont fortement augmenté en 2019, à hauteur de +17%. Ainsi, entre 2018 et 2019, ces interventions sont passées de 572 440 à 672 400 cas.

Une augmentation d’autant plus préoccupante qu’en 2019, « la crise sanitaire n’avait pas encore frappé les ménages français », rappelle le médiateur. La pandémie de coronavirus ayant fragilisé les finances de nombreux Français, les chiffres pourraient donc être encore plus marqués en 2020. Par conséquent, le médiateur « appelle l’attention sur les difficultés que rencontrent les personnes en situation de précarité énergétique pour payer leurs factures d’énergie ».

Protéger les consommateurs modestes

Dans le cadre de la crise sanitaire, le gouvernement a pris des mesures pour protéger les foyers modestes. Durant la trêve hivernale, qui a été exceptionnellement prolongée jusqu’au 10 juillet 2020, les fournisseurs d’électricité et de gaz ne peuvent pas procéder à des coupures de courant en cas d’impayés.

Le médiateur de l’énergie propose d’autres mesures pour davantage sécuriser les consommateurs en précarité, à savoir :

  • Rappeler fermement aux fournisseurs qu’ils doivent désigner un correspondant solidarité précarité ;
  • Mettre en place un fournisseur de dernier recours, pour les consommateurs qui n’en trouvent plus ;
  • Simplifier le fonctionnement du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) ;
  • Rendre obligatoire un niveau de performance énergétique minimal pour les logements mis en location.