En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Energie : les factures impayées ont augmenté de 4,2% en 2018

En 2018, les fournisseurs d’énergie ont dû procéder à 572 440 interventions pour factures impayées, soit une hausse de 4,2%. Le médiateur national de l’énergie propose des mesures pour lutter contre la précarité énergétique.

regularisation

La précarité énergétique touche de plus en plus de Français. Selon le dernier rapport du médiateur national de l’énergie, en 2018, les fournisseurs d’électricité et de gaz ont procédé à 572 440 interventions pour factures impayées, contre 549 387 en 2017. Cela représente une hausse de 4,2% sur un an.

Dans le détail, ces interventions ont progressé de :

  • 4,9% pour l’électricité (477 349 en 2018 vs 455 062 en 2017) ;
  • 0,8% pour le gaz (95 091 vs 94 325).

Concrètement, elles se traduisent soit par des interruptions de fourniture d’électricité et de gaz, soit par des réductions de puissance.

interventions factures impayees

Source : médiateur national de l’énergie

Lutter contre la précarité énergétique

Jean Gaubert, le médiateur national de l’énergie, a réagi face à ces chiffres inquiétants : « il est indispensable que notre société protège les personnes les plus vulnérables en mettant en place des protections légales assurant la certitude de pouvoir avoir accès à l’énergie ou de louer un logement décent ». Deux mesures sont proposées pour aider les plus modestes à payer leurs factures énergétiques :

  • La mise en place d’un fournisseur de dernier recours « destiné aux ménages qui ne parviennent plus à souscrire de contrat avec un fournisseur d’énergie en raison de leurs difficultés financières » ;
  • L’obligation d’un niveau de performance énergétique minimal pour les logements loués afin d’éviter les « passoires énergétiques ».

Pour rappel, plusieurs dispositifs existent déjà pour protéger les foyers en difficulté. Pendant la trêve hivernale, du 1er novembre au 31 mars, les fournisseurs ne peuvent pas couper l’électricité ou le gaz aux clients en situation d’impayé. Le chèque énergie est quant à lui distribué aux foyers modestes pour les aider à régler leurs factures.