En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

En confinement, les Français ne consomment pas beaucoup plus d’énergie

Les Français passent beaucoup plus de temps chez eux qu’en temps normal, mais leur consommation d’énergie n’explose par pour autant. Plusieurs pistes d’explication sont évoquées.

consommation gaz

Avec le confinement, on aurait pu croire que la consommation d’énergie des Français à domicile allait exploser. Et pourtant, il n’en est rien. Selon une information Les Echos, alors qu’une majorité de ménages sont cloîtrés chez eux 24h/24, la consommation d’électricité et de gaz n’a quasiment pas augmenté.

Pour le gaz, Edouard Sauvage, le directeur général du réseau de GRDF constate une certaine constance : « pour les particuliers, les volumes sont à peu près stables à données climatiques comparables », a-t-il expliqué. Côté électricité, la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a expliqué que la consommation n’avait augmenté que de quelques pourcents devant la commission des Affaires économiques du Sénat.

 Des « leviers de réductions »

Comment l’expliquer ? Les regroupements familiaux et l’exode des Parisiens vers les maisons de campagne jouent certainement un rôle, selon le site Wivaldy. « On compte 27% de foyers qui ont diminué leur consommation de 20% ou plus entre début et fin mars (à températures équivalentes). On peut supposer que ce sont des utilisateurs qui ont quitté leur résidence principale. A l’inverse, on observe qu’environ 5% des foyers ont augmenté leur consommation de plus de 60%, signe d’une probable arrivée dans le logement », détaille l’étude.

Autre piste envisagée par la ministre de la Transition écologique : en période normale, les ménages chauffent leur logement même lorsqu’ils n’y sont pas. Ainsi, le confinement ne change pas vraiment leurs habitudes. « Preuve qu’il existe des leviers de réduction de ces consommations », en a-t-elle conclu.