En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Canicule : la climatisation augmente notre consommation d’énergie

Les températures historiques de cette semaine incitent les Français à mettre à fond la climatisation. Selon une étude, cette surconsommation d’énergie pourrait avoir un impact très négatif sur la planète.

C’est l’image du serpent qui se mord la queue. A chaque pic de chaleur, tout le pays fait tourner la climatisation à plein régime, ce qui contribue indirectement à augmenter l’effet de serre… Et l’été suivant, il fait encore plus chaud que le précédent. La revue Nature Communication a publié lundi une étude sur l’impact de ce cercle vicieux sur notre consommation d’énergie.

Le réchauffement climatique pourrait entraîner une hausse vertigineuse de notre consommation d’énergie de 25% dans le meilleur des cas, à 60% dans le pire des scénarii. Justin Peraud, chargé du climat au Groupe des énergies renouvelables, environnement et solidarité (Geres), explique : « Les climatiseurs ont besoin d’électricité, produite encore à 80% par des énergies fossiles dont la combustion accélère le réchauffement climatique ».

1,6 milliard de clim dans le monde

Actuellement, environ 1,6 milliard de climatiseurs sont utilisés dans le monde, dont près de la moitié aux Etats-Unis et en Chine. En 2050, ce chiffre devrait passer à 6 milliards selon certaines prévisions. Responsable du climat au sein de l’ONG Care, Fanny Petitbon fustige la « clim » : « Les gaz réfrigérants (…) sont extrêmement nocifs pour la couche d’ozone. Les climatiseurs, en rejetant de l’air chaud, ne font qu’accroître la chaleur extérieure ».

Les Indiens, qui subissent en ce moment une vague de canicule, ont 30 millions de climatiseurs individuels, et en auront un milliard avant 2050. Alors quels conseils pour consommer moins ? Fanny Petitbon recommande l’isolation du logement, l’aération la nuit, les zones d’ombre… Cependant, la solution doit être globale, par exemple une revégétalisation des villes.