En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Linky n’expose pas à des ondes dangereuses, selon l’Agence nationale des fréquences

Les ondes émises par Linky sont inférieures au plafond légal en vigueur, selon l’Agence nationale des fréquences. Le compteur communiquant n’est donc pas dangereux pour la santé.

Le compteur électrique Linky n’expose pas les personnes qui en sont équipées à des ondes dangereuses. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) durant 6 mois dans 178 foyers répartis dans tout l’Hexagone et publiée le 9 octobre dernier. Ainsi, l’ANFR a constaté que « la conformité du niveau d’exposition aux champs électromagnétiques dans la bande 9 kHz – 100 kHz […] a été constatée sur tous les sites ayant fait l’objet d’une mesure ».

Dans le détail, aucune exposition aux ondes n’a été constatée dans plus de la moitié des cas (99 sur 178). Pour les 79 cas restants, les valeurs de rayonnement électromagnétiques recueillies étaient entre « 25 fois et 37 fois inférieures aux valeurs limites réglementaires ». Le compteur Linky est n’est donc pas dangereux pour la santé.

Une opposition toujours forte

Reste à savoir si les résultats de l’étude de l’ANFR sauront apaiser les contrevenants au compteur Linky. Car l’opposition à ce compteur nouvelle génération est toujours forte. En juillet dernier, 120 personnes avaient par exemple saisi le tribunal de Tours pour refuser l’installation de Linky chez eux.

Pour rappel, le compteur Linky est déployé progressivement dans toutes les habitations françaises depuis 2015. D’ici 2021, il devrait être installé dans 35 millions de foyers. En mai 2019, Enedis avait annoncé que la barre des 19 millions de sites équipés avait été franchie.