En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Hausse des tarifs de l’électricité : les explications de la CRE

Au micro d’Europe 1, le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) Jean-François Carenco a donné des précisions sur les raisons de la hausse des tarifs de l’électricité au 1er juin.

« Je comprends bien la difficulté, 5,9% ça reste 85 euros par an, 7 euros par mois, c’est beaucoup (…) mais ça me semble un tarif qui permet de préserver les 3 choses que je poursuis: sécurité, qualité et prix à moyen et long terme ». C’est avec ces mots que le président de la CRE a expliqué, sur Europe 1, la hausse des prix de l’électricité pour les clients d’EDF au 1er juin.

Un facteur international est ici notamment pointé du doigt. En effet, l’énergie dans le monde a fortement augmenté en 2018, passant de 25€ par mégawattheure (MWh) à 61€ depuis décembre dernier. Cette hausse des prix « représente 3,3% sur les 5,9% d’augmentation des tarifs », précise Jean-François Carenco.

La « sécurité a un prix »

Dans un second temps, le président de la CRE a expliqué que des coûts supplémentaires sont nécessaires afin d’assurer un bon approvisionnement en électricité. « La France bénéficie d’un système dans lequel les coupures sont extrêmement rares », mais cette « sécurité a un prix », ajoute-t-il.

Pour la suite, Jean-François Carenco ne s’est pas prononcé sur les futurs avis rendus par la CRE sur d’éventuelles variations dans les prochains mois. Néanmoins, il est d’ores et déjà annoncé une augmentation d’environ 1% au 1er août 2019, pour les 25 millions de clients d’EDF toujours soumis aux tarifs réglementés.